Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Archives de Tag: Sémiotique

Propagande médiatique contre la Chine (3)


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.

Donald Trump, élu par l’Amérique rurale peu touchée par l’épidémie [1], a twitté le 20 mai :

Some wacko in China just released a statement blaming everybody other than China for the Virus which has now killed hundreds of thousands of people. Please explain to this dope that it was the « incompetence of China », and nothing else, that did this mass Worldwide killing!
Source

Un cinglé en Chine vient de publier un communiqué accusant tout le monde à l’exception de la Chine pour le virus qui a tué des centaines de milliers de personnes. Merci d’expliquer à cet abruti que c’est l’incompétence de la Chine, et rien d’autre, qui a provoqué cette tuerie de masse mondiale.

Lire aussi la réponse d’Andrew Wortman. Il n’y a pas si longtemps ce type de réplique aurait valu à son auteur, en France, une peine de prison et une forte amende pour injure au Président de la République.

La photo que j’ai sélectionnée est intéressante d’un point de vue sémiotique car la position des corps et des mains est révélatrice.
Xi Jinping a une position droite et stable alors que Donald Trump vient au contact en se penchant vers son adversaire au point d’être déséquilibré (diagonale).
Xi Jinping maintient fermement Donald Trump à distance et bloque son élan en lui tendant la main de manière à l’immobiliser au niveau du nombril (dans son propre camp).

Voir aussi la photo de LIU He et Donald Trump, publiée par RTS (avec une grossière faute d’orthographe du nom du vice Premier ministre chinois).

23/05/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Lire : Sémiotique, Chine en QuestionCiné MondeMonde en QuestionMonde en Question (dossier).
Dossier Propagande, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.


Notes et références


[1] Ironie de l’histoire, ce sont les États qui ont voté contre Donald Trump qui sont le plus touchés par le coronavirus. Néanmoins Donald Trump éructe pour que son électorat ne sombre pas dans la peur entretenue par les médias qui jouent le rôle d’opposants alors qu’ils sont dans le même camp.

Propagande médiatique contre la Chine (2)


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.

Les semaines se suivent et se ressemblent terriblement. Les médias en France rivalisent avec ceux des États-Unis dans la propagande contre la Chine.

Voici la Une de quelques titres dénichés sur le site Bookys :


Le Monde diplomatique, Avril-Mai 2020
Pas question de trancher entre l’un et l’autre (Xi Jinping et Donald Trump) précise la journaliste dans l’éditorial titré Plus nocif que le Covid-19 !

 


Valeurs Actuelles, 07/05/2020 Challenges, 07/05/2020
Les spécialistes en sémiotique des images auront remarquer les différences notables d’un magazine à l’autre dans la représentation de XI Jinping [1].

 


Trends Tendances, 07/05/2020
L’iconographie du magazine reprend celle du livre Les trente « empereurs » qui ont fait la Chine.

 

10/05/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Dossier Propagande, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.


Notes et références


[1] Lire : Sémiotique, Chine en QuestionCiné MondeMonde en Question.

Propagande médiatique contre la Chine (1)


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.

Deux hebdomadaires s’acharnent encore et toujours contre la Chine : Courrier international accuse la Chine d’être à l’origine de la pandémie et Le Point réactive la théorie du complot sur la laboratoire de Wuhan.

 

Voici la Une de quelques hebdomadaires dénichés sur le site Bookys et classés par thèmes.

Alors que l’épidémie régresse dans beaucoup de pays, la majorité des hebdomadaires instrumentalisent la peur du lendemain :

 

D’autres hebdomadaires évoquent le passé pour justifier les peurs à venir :

 

Deux versions du couple Macron :


Brigitte Macron versus Emmanuel Macron

 

Deux versions de la lutte de classes :

 

Place à la culture pour ceux qui résistent à la psychose :

 

01/05/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Livres en libre accès : OpenEdition.
Revues en libre accès : OpenEdition.
Livres en accès libre Chine, Chine en Question – Livres Chine classés par thèmes, Monde en Question.
Livres en accès libre Cinéma, Ciné Monde – Cinéma Biographie, Monde en Question – Cinéma Histoire, Monde en Question – Cinéma Monographies, Monde en Question – Cinéma Revues, Monde en Question.
Dossier Santé (avec liens), Monde en Question.
Le culte apocalyptique du réchauffement climatique, Monde en Question.
Dossier Catastrophes (avec liens), Monde en Question.
Dossier Science-Fiction (avec liens), Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Hong Kong – Terreur noire made in USA


Lundi 11 novembre, Leung Chi-cheung, père de deux filles et âgé de 57 ans, luttait pour sa vie à l’hôpital, souffrant de graves brûlures au corps et de traumatismes crâniens.

 

La séquence vidéo, diffusée par South China Morning Post Hong Kong, montre que Leung a eu une altercation avec des manifestants dans le couloir d’une école à Ma On Shan. L’un d’eux l’a aspergé d’un liquide inflammable et a mis le feu en le transformant en torche vivante [1].

Joshua Wong, comme d’autres dirigeants de pro-démocratie, ont refusé de condamner cet acte criminel. Joshua Wong l’avait au contraire encouragé sur son compte Twitter le 22 octobre 2019 :


Trois jeunes ont mis le feu, comment des manifestants modérés sont-ils devenus des « magiciens du feu » ?
Source

L’expression magiciens du feu fut reprise dans l’éloge de l’im-Monde le 04 novembre 2019 [2].

Joshua Wong, un des leaders de la terreur noire, reçoit ses ordres des États-Unis comme le montre cette photo publiée sur son compte :

 

Il n’est pas le seul à être financé, endoctriné et armé. Ainsi, des étudiants s’entraînent tranquillement sous le drapeau américain dans un camp de l’université chinoise de Hong Kong :

 

Les différents services américains répètent exactement la même stratégie appliquée en Afghanistan contre l’URSS et en Ukraine contre la Russie [3]. Tous les Hongkongais, qui collaborent sciemment ou naïvement avec les États-Unis contre la Chine, se préparent à des lendemains plus noires que la tenue qu’ils arborent fièrement aujourd’hui. Certains émigreront, mais la majorité devront rendre compte de leurs actes à Hong Kong… qui restera chinois.

La stratégie de déstabilisation du gouvernement par la terreur made in USA va échouer. Le fait que des volontaires se mobilisent pour nettoyer les rues révèle un tournant majeur.

 

16/11/2019
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question


Notes et références

[1] Lire :
Hong Kong father of two burned alive after chasing protesters at MTR station in grisly act of violence police classify as attempted murder, South China Morning Post, 11/11/2019.
Un homme incendié alors que les émeutiers intensifient les actes de violence à Hong Kong, Le Quotidien du Peuple, 12/11/2019.

[2] Lire : Hong Kong XII – L’aveu de l’im-Monde, Chine en Question, 05/11/2019.

[3] Lire :
Hong Kong X – Une crise politique ukrainienne, Chine en Question, 05/11/2019.
Hong Kong est une révolution de couleur, Chine en Question.

Lire aussi :
Revue de presse Chine Hong Kong, Chine en Question.
Veille informationnelle Géopolitique, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Hong Kong XII – L’aveu de l’im-Monde


 

Comme je l’avais noté rapidement dans le commentaire de photos : Il est évident que l’équipement sophistiqué et identique de ces manifestants, qui évoluent selon la méthode des commandos, nécessite une logistique en amont et donc une organisation et des fonds.

Or, j’ai découvert par hasard un article de l’im-Monde qui sympathise avec ces groupes non identifiés experts dans la terreur noir. Normalement réservé aux abonnés, il décrit assez précisément l’organisation de ces commandos sur le terrain des manifestations sans rien dire naturellement de leur organisation et de leur financement en amont.

Voici la partie du texte accessible avec des mots mis en gras en guise de commentaire. Source, Le Monde, 04/11/2019 [copie intégrale en pdf].

Les parapluies s’ouvrent pour faire paravent, des formes noires s’accroupissent et attaquent les trottoirs au burin. Pendant que des milliers de manifestants défilent, les frontliners, ceux du front, casqués, une cagoule enfoncée jusqu’aux yeux et un masque à gaz en bandoulière, les tibias et avant-bras couverts de protections, poussent une brouette de briques de l’autre côté du carrefour et en déversent le contenu sur le bitume. Le but ? Entraver la progression des camions de police quand ceux-ci décideront de « charger ».

Dans les manifestations à Hongkong, comme lors d’un récent week-end d’octobre sur la péninsule de Kowloon, les « logisticiens » préparent les évacuations, les habits de rechange ou montent des barricades. Les « éteigneurs » neutralisent les grenades lacrymogènes. Des combattants attaquent à distance les forces de l’ordre avec des projectiles et des lance-pierres, tandis que les « braves » occupent le terrain jusqu’au dernier moment. Et, enfin, les « magiciens du feu » lancent des cocktails Molotov pour protéger la fuite des autres.

Ils fonctionnent en petits groupes, communiquent par Telegram ou talkie-walkie – et se voient en justiciers des abus de la police, d’un gouvernement vu comme inféodé à la Chine, et de ceux qui agiraient au nom de celle-ci, comme les triades, accusées de plusieurs attaques contre des manifestants ou des figures du mouvement. Oui, on viole les lois. Mais regardez comment la police se comporte. Quand ils arrêtent quelqu’un, ils le frappent. Leur violence est à un autre niveau, explique « Rain », un jeune d’une vingtaine d’années, qui surveille le démontage de barrières devant le nouvel opéra chinois, construit dans l’ouest de Kowloon.

05/11/2019
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Articles Sémiotique, Monde en Question.
Dossier Sémiotique, Monde en Question.
Revue de presse Chine Hong Kong, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Hong Kong VII – La terreur noire sous le masque de la démocratie


Les médias dominants ont ignoré puis discrédité les Gilets Jaunes et ils applaudissent des quatre mains les opérations militaires des CRS pour maintenir l’ordre en France. Dans le même temps, ces démocrates en chambre, se font les propagandistes actifs des Black Blocs à Hong Kong

Ils condamnent la violence en France, mais en font l’apologie à Hong Kong parce qu’elle déstabilise la République populaire de Chine que l’administration de Donald Trump tente de détruire par une guerre commerciale et que Hillary Clinton était prête, lors de sa campagne en 2016, à ramener à l’âge de pierre [1].

Saccage du Parlement le 1er juillet 2019


Source : 02/07/2019, South China Morning Post

 


Source : 02/07/2019, AFP – L’Express

 


Source : 03/07/2019, AFP – Le Monde

 

Black Blocs

 


Source : 11/08/2019, The New York Times

 

 

Vandalisme systématique


Source : 04/10/2019, Reuters – Radio-Canada

 


Source : 04/10/2019, Reuters – Radio-Canada

 


Source : 11/10/2019, French-China

 

16/10/2019
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question


Notes et références

[1] J’exagère un peu, mais à peine car Hillary Clinton était prête à un conflit armé :
30/07/2016, Hillary Clinton : guerre avec la Chine et la Russie, Le Club de Mediapart.
14/10/2016, Wikileaks : Mme Clinton a menacé d’encercler la Chine avec des missiles US, Sputnik.
14/10/2016, Elections américaines : que révèlent les courriels d’Hillary Clinton dévoilés par WikiLeaks ?, Le Monde.

Lire aussi :
07/10/2019, Hong Kong III – Photos sans commentaires, Chine en Question.
09/10/2019, Hong Kong IV – Photos avec commentaires, Chine en Question.
14/10/2019, Hong Kong VI – Une crise politique corse [Vidéo], Chine en Question.
Articles Sémiotique, Monde en Question.
Dossier Sémiotique, Monde en Question.
Revue de presse Chine Hong Kong, Chine en Question.
Veille informationnelle Géopolitique, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Hong Kong V – L’extradition en question


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.


Pour décrypter cette photo lire le petit cours de rattrapage en sémiotique

 

Les médias dominants soutiennent inconditionnellement les manifestations qui se déroulent à Hong Kong alors qu’ils condamnent grèves et manifestations en France :

En 2010 par exemple, Eric Fottorino s’indignait de l’atteinte à la liberté d’expression des éléments minoritaires et incontrôlés de la CGT.
Lire : L’im-Monde contre les grèves, 23/10/2010.

On nous dit et nous répète à satiété que le projet de loi d’extradition serait la cause des manifestations à Hong Kong depuis plusieurs mois :

Des dizaines de milliers de personnes ont défilé dimanche dans le centre de Hong Kong pour réclamer l’abandon d’un projet de loi qui autoriserait des extraditions vers la Chine continentale pour y être jugé par la justice chinoise.
Source : Reuters – Challenges, 28/04/2019.

J’en doute sérieusement pour une raison toute simple : le gouvernement français et le gouvernement de Hong Kong ont signé le 4 mai 2017 un accord mutuel d’extradition sans suscité aucune inquiétude. Le projet de loi nº1419, déposé le 21 novembre 2018, fut adopté le 22 mai 2019 sans que personne ne fasse de commentaire. Cela signifie que les soi-disant démocrates hongkongais trouvent légitime que Hong Kong extrade ses ressortissants à Paris (un pays étranger), mais illégitime qu’elle les extrade à Pékin (dans le même pays) ! Plus étrange encore, le rapporteur Jean-Michel Clément a exprimé la même opinion (voir l’extrait du compte-rendu).

Voici un extrait de l’accord mutuel d’extradition (source en note) :

L’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine relatif à la remise de personnes poursuivies ou condamnées vise donc, d’une part, à compléter le tissu conventionnel existant entre les deux parties et, d’autre part, à permettre la reprise d’une coopération judiciaire entre elles en matière de remise des personnes.

A cette fin, il prévoit que les deux parties s’engagent à se livrer réciproquement toute personne qui, se trouvant sur le territoire de l’une d’entre elles, est recherchée par l’autre partie aux fins de poursuites ou d’imposition ou d’exécution d’une peine.

L’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine relatif à la remise de personnes poursuivies ou condamnées a été signé le 4 mai 2017 à Hong Kong par le consul général de France à Hong Kong et Macao, M. Eric Berti, et par le Secrétaire à la sécurité de la Région administrative spéciale de Hong Kong, M. Tung-Kwok Lai.

Cet accord a fait l’objet du projet de loi nº1419 déposé le 21 novembre 2018, du rapport nº1971 déposé le 22 mai 2019 et du compte-rendu nº1819063 de M. Jean-Michel Clément publié à la même date.
Voici un extrait du compte-rendu (source en note) :

Quelles sont les spécificités de cet accord avec Hong Kong ? Contrairement à la plupart des accords bilatéraux, cette convention a été conclue avec un territoire qui n’est pas un État souverain. Depuis la rétrocession en 1997, Hong Kong a le statut de RAS de la République populaire de Chine (RPC).

Pour autant, en vertu du principe « un pays, deux systèmes », Hong Kong est une entité qui jouit d’une grande autonomie par rapport à la RPC. Ce haut degré d’autonomie est garanti par la Loi fondamentale – la Basic Law -, qui sert de constitution à l’ancienne colonie britannique. Parce qu’il s’agit d’un État de droit, Hong Kong reste une place forte de l’économie asiatique, notamment pour les entreprises françaises. Elle est encore aujourd’hui la troisième place financière au monde. Cette autonomie, à laquelle sont profondément attachés les habitants de Hong Kong, se retrouve, d’une part, dans sa capacité à conclure des accords bilatéraux avec des États tiers, et notamment des conventions d’entraide judiciaire, et d’autre part, dans l’organisation de son système judiciaire, pénal et carcéral.

L’ingérence de la Chine au sein du système judiciaire est particulièrement inquiétante. Dans sa forme la plus brutale, cette pression se traduit par des enlèvements sur le territoire autonome. Dans sa forme plus douce, elle est visible au travers des avis donnés par l’Assemblée nationale populaire pour orienter l’issue des instances en cours à Hong Kong. Depuis quelque temps, un projet de loi qui vise à permettre l’extradition de personnes vers la Chine est en cours de discussion à Hong Kong. Il a entraîné les manifestations les plus importantes dans la région autonome depuis 2014. Nous devons y être vigilants.

Je souhaite toutefois rassurer notre commission sur un point : les risques que la pression chinoise fait peser sur les relations entre la France et Hong Kong en matière d’extradition sont maîtrisés. L’accord d’extradition avec Hong Kong, comme celui qui nous lie déjà à la Chine, comprend les garde-fous classiques dans ce type d’accord pour se prémunir contre la menace d’arbitraire ou d’ingérence. Il prévoit l’exclusion des infractions politiques, l’interdiction d’extrader une personne qui risque la peine de mort ou encore l’interdiction de poursuivre ou punir une personne pour des infractions distinctes de celles qui ont motivé sa remise. Dans le cadre de chaque demande d’extradition, nos autorités diplomatiques et judiciaires évalueront les risques liés aux atteintes à l’autonomie judiciaire de Hong Kong.

Compte tenu de ces garanties, j’appelle la commission à autoriser la ratification de cette convention.

Suivant l’avis du rapporteur, la commission adopte le projet de loi nº1419 :
Est autorisée l’approbation de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine relatif à la remise de personnes poursuivies ou condamnées, signé à Hong Kong le 4 mai 2017, et dont le texte est annexé à la présente loi.

Ce qui se passe à Hong Kong, ou plutôt ce qu’on en sait à travers le filtre des médias, ressemble étrangement à ce que les mêmes médias ont baptisé révolutions de couleurs et qui furent instrumentalisées par différentes agences de renseignements américaines. Les prochains articles analyseront les points de convergence de la situation politique entre Hong Kong et la Corse et entre Hong Kong et l’Ukraine.

11/10/2019
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Loi du 10 mars 1927 sur l’extradition, Le droit criminel.
Le Gouvernement français peut livrer, sur leur demande, aux Gouvernements étrangers tout individu non Français ou non-ressortissant français qui, étant l’objet d’une poursuite intentée au nom de l’État requérant ou d’une condamnation prononcée par ses tribunaux, est trouvé sur le territoire de la République ou de ses possessions coloniales.
Accord avec Hong Kong sur la remise de personnes poursuivies ou condamnées, Assemblée nationale :
Texte de l’accord international signé à Hong Kong le 4 mai 2017
Étude d’impact non datée
Projet de loi nº1419 déposé le 21 novembre 2018
Rapport de la Commission des affaires étrangères nº1971 déposé le 22 mai 2019
Compte-rendu nº18190-63 de M. Jean-Michel Clément publié le 22 mai 2019
Revue de presse Chine Hong Kong, Chine en Question.
Veille informationnelle Géopolitique, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Hong Kong IV – Photos avec commentaires


Petit cours de rattrapage en sémiotique pour ne pas tomber dans les pièges de la propagande.


On voit clairement la différence entre une pancarte écrite à main (en anglais et en chinois) et les pancartes imprimées (en anglais seulement) et généreusement distribuées (par qui et avec quel argent ?).

 


Il est évident que l’équipement sophistiqué et identique de ces manifestants, qui évoluent selon la méthode des commandos, nécessite une logistique en amont et donc une organisation et des fonds.

 

Pour lire une image il est utile de recourir à la méthode QQOQCCP, un outil d’analyse attribué à Quintilien qui a l’avantage d’être efficace et facilement mémorisable :


Source : Qualiblog

 

09/10/2019
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Articles Sémiotique, Monde en Question.
Dossier Sémiotique, Monde en Question.
Revue de presse Chine Hong Kong, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Hong Kong III – Photos sans commentaires



Comment le « miracle chinois » a éclipsé Hong Kong, Statista

 


Shenzhen est une ville ultra moderne, située à la frontière entre Hong Kong et la Chine continentale, dont le produit intérieur brut a dépassé celui de Hong Kong en 2018, Chine en Question

 


Hongkong : Pékin dénonce les « forces étrangères » derrière la manifestation, Le Monde

 


Manifestations, grève et blocage du métro plongent Hong Kong dans le chaos, Le Devoir

 


Hong Kong : des manifestants désormais prêts à la violence, France Culture

 


Truth About Hong Kong Protests, World Affairs

 

Lire aussi :
Revue de presse Chine Hong Kong, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.