Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Archives de Catégorie: Cinéma (histoire)

Cinéma japonais 2


 

France Culture a consacré une nuit au cinéma japonais [émission à écouter, télécharger, podcaster] :

Lire aussi :
Cinéma japonais, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma japonais, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Publicités

Cinéma japonais 1

Histoire du cinéma asiatique en France (1950-1980)


 

En France, à l’heure actuelle, nous désignons couramment le cinéma asiatique comme une sorte d’entité géographique et culturelle. Cette étiquette est réductrice car elle ne permet pas de saisir toute l’étendue de ce que représente le « cinéma asiatique ». Pour le comprendre il est nécessaire de s’intéresser à l’histoire de sa réception en France : retourner aux origines de sa découverte en 1951 avec le film « Rashomon », suivre l’évolution de sa reconnaissance professionnelle, puis de son succès populaire avec les films de Kung Fu à la fin des années 70. En suivant chaque étape de ce parcours, l’objectif de notre étude est d’identifier le processus d’exploitation, de compréhension et de valorisation d’un cinéma étranger en France. Plus précisément cela nous permettra de découvrir comment circulent les films sur le marché et quel rôle jour la différence culturelle dans l’appréciation des œuvres

Nolwenn LE MINEZ, Histoire du cinéma asiatique en France (1950-1980), Thèse de doctorat, 2009 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Cinéma chinois, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma chinois, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Histoire visuelle et histoire culturelle de la Chine


 

Comment travailler en historien avec des images, fixes ou animées ? De l’histoire de l’art à l’histoire culturelle, de la peinture du XVIIIe siècle au cinéma, les méthodes et les objets changent, les pratiques de travail aussi, notamment avec le développement des humanités numériques, mais certaines interrogations demeurent. Il semble d’une certaine façon que les images, et en particulier les images d’art, résistent à être appréhendées comme simples objets d’histoire et qu’il faille inventer des stratégies, « bricoler » des méthodes, pour les intégrer dans un discours scientifique, et faire en sorte que soient prises en compte leur « valeur symptomatique » comme leur « valeur esthétique », pour reprendre les termes de Siegfried Kracauer (De Caligari à Hitler : une histoire psychologique du cinéma allemand). Ce sont ces questionnement qui seront abordés, à partir d’exemples tirés de mon parcours scientifique et de quelques texte à méditer.
Source : EHESS

Anne KERLAN, Histoire visuelle et histoire culturelle de la Chine : de la peinture au cinéma, XVIII-XXe siècles, Université Lyon, 2014 :
Mémoire, 137 pages
Recueil d’articles, 477 pages
Monographie, 517 pages
Monographie, annexes, 177 pages
Source : HAL

Lire aussi :
• Anne KERLAN, La compagnie cinématographique Lianhua et le cinéma progressiste chinois, 1930-1937, Academia.eduArts asiatiquesScribd.
Dossier documentaire Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Cinéma chinois, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma chinois, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

La transition du muet au parlant du cinéma chinois


 

L’arrivée du cinéma parlant pose des défis économiques et technologiques au cinéma chinois. Les premières à devoir faire face à ces défis sont les salles de cinéma qui doivent s équiper de matériel de projection sonore. Les compagnies chinoises se lancent ensuite à grands frais dès 1930 dans la production de films parlants en utilisant une multitude de systèmes. Entre 1930 et 1935, plusieurs genres de films coexistent : des films muets, des films avec passages chantés, des films dialogués et des films avec accompagnement musical. Le son évolue dans ces films. Puis en 1935 le cinéma parlant se généralise.

L’arrivée du cinéma parlant pose aussi des défis culturels au cinéma chinois. Les compagnies chinoises doivent choisir la langue à utiliser dans les films. Une opposition existe dans le cinéma entre tradition et modernité qui trouve sa source dans l’opposition entre opéra traditionnel et théâtre à l’occidental. Les chansons populaires ou patriotiques font aussi leur apparition dans les films tandis que certains critiques s opposent dans la presse au cinéma parlant. Les défis esthétiques posés par l’arrivée du cinéma parlant sont aussi nombreux. Le style des réalisateurs chinois évolue entre leurs films muets et leurs films parlants tandis que les expérimentations sonores sur les paroles, bruits et musiques se multiplient.

Christophe FALIN, La transition du muet au parlant du cinéma chinois : défis économiques, technologiques, culturels et esthétiques, Thèse de doctorat en Études cinématographiques et audiovisuelles, 2008.

Lire aussi :
• Christophe FALIN, Quelle histoire du cinéma chinois enseigner ?, AFEC.
• Christophe FALIN, Shanghai, Hong Kong – Villes de cinéma, Armand Colin, 2014 [ExtraitEntretien].
Villes-cinéma, ciné-cités, Shanghai et Hong Kong cristallisent réalités et fantasmes des cinéastes et des spectateurs. Emblèmes de la modernité urbaine chinoise, du colonialisme et des excès du capitalisme, repères de criminels, cœur du trafic d’opium, du jeu et de la prostitution, depuis les années 1930 jusqu’à aujourd’hui, elles n’ont cessé de fasciner les artistes et les intellectuels, chinois et occidentaux.
Successivement centres de l’industrie du cinéma chinois, ces villes, leur identité, leur histoire, sont aussi devenues source de création cinématographique et objets filmiques à part entière.
Cet ouvrage, s’appuyant sur un large corpus de films, fait découvrir Shanghai et Hong Kong, mais aussi la société et le cinéma chinois à travers les multiples rapports qui unissent les deux villes et les oeuvres qu’elles ont inspirées. Il restitue l’extrême richesse d’un cinéma en constante évolution, reflet passionnant des traditions et des mutations culturelles et politiques de la Chine.
• Christophe GAUTHIER, Anne KERLAN, Dimitri VEZYROGLOU, Loin d’Hollywood ? – Cinématographies nationales et modèles hollywoodiens : France, Allemagne, URSS, Chine 1925-1935, Nouveau Monde, 2013.
Cet ouvrage explore quatre cinématographies nationales (française, allemande, soviétique et chinoise) dans leur rapport au modèle américain de production durant la décennie décisive qui vit l’avènement du cinéma sonore (1925-1935).
Les années 1925-1935 sont encore parfois considérées comme des « années obscures », traversées par des tensions contradictoires, des tâtonnements ; ce serait une « période d’essai » s’opposant à celle qui vit s’élaborer les cinémas classiques dominés par la standardisation. Réévaluant ce stéréotype, le propos de cet ouvrage est aussi de souligner comment, par-delà les bouleversements, les innovations et les tentatives d’adaptation que connurent diverses cinématographies mondiales, se dessinent des permanences et la réaffirmation de certaines normes.
En abordant des questions aussi centrales que celles des transferts culturels, du « modèle » et de ses modalités d’appropriation, de l’acculturation, cet ensemble d’articles ouvre des perspectives importantes sur le plan méthodologique mais aussi épistémologique. Il nous montre surtout que, dès l’entre-deux-guerres, et particulièrement durant cette phase critique de transition, la cinématographie « loin d’Hollywood », de l’Europe à l’Asie, n’a pu faire autrement que de se situer face à Hollywood.
Dossier documentaire Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Cinéma chinois, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma chinois, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Les renaissances du cinéma coréen



MAJ le 26/08/2017

 

Le cinéma sud-coréen est très dynamique et un des rares cinémas à concurrencer sur son propre sol le cinéma américain voir The Berlin File (ArticleFiche téléchargement).

Le documentaire de Hubert Niogret résume parfaitement l’histoire du cinéma coréen et ses enjeux politiques car l’industrie cinématographique est liée à la politique. Ce qui est vrai non seulement pour la Corée, mais aussi pour les États-Unis ou la France.


Partage proposé par : Anonyme DVD FR (Film rare)

25/08/2014
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• Adrien GOMBEAUD, Séoul Cinéma – Les origines du nouveau cinéma coréen, L’Harmattan, 2006. La fiche de l’éditeur comporte un nom d’auteur erroné.
En une décennie à peine, la dernière du 20ème siècle, le cinéma coréen a explosé à la face du monde, au propre comme au figuré : révélation de réalisateurs pour certains aujourd’hui oubliés, et exubérance festive, voire explosive, à l’écran. Ce livre décrit ce temps assez bref où le cinéma coréen se fit l’espace de tous les excès.
• Films coréens, Asia Choc – Séries coréennes, Asia Choc.
Cinéma coréen, Ciné Monde.
Dossier documentaire Cinéma coréen, Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.