Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Archives de Catégorie: Analyse

Chroniques géo-virales


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.

 

Les réflexions que propose le géographe Michel Lussault dans ses chroniques géo-virales valent le détour. Même s’il participe au culte apocalyptique du réchauffement climatique, il souligne combien les rétroactions à un micro-évènement révèlent les fragilités du système-monde :

Par vulnérabilité, j’entends l’exposition et la sensibilité à l’endommagement (qu’il soit d’origine « naturelle », technologique, sociale, économique, géopolitique…) d’un système spatial quelconque [1].


Chronique géo-virale nº8 du 16/04/2020
Résumé par Clionautes

 

Voici la liste des lectures conseillées par Michel Lussault dans ses différentes chroniques :

Chronique géo-virale nº1 du 23/03/2020
Bruno LATOUR, Pasteur – Guerre et paix des microbes, La Découverte,, 2011.
Philippe DESCOLA, La composition des mondes – Entretiens avec Pierre CHARBONNIER, Flammarion, 2014.
Eric BAPTESTE, Tous entrelacés ! Des gênes aux super-organisnes : les réseaux de l’évolution, Belin, 2018.
Frédéric KECK, Un monde grippé, Flammarion, 2010 [Gradhiva].

Chronique géo-virale nº2 du 24/03/2020
Freddy VINET, La Grande Grippe – 1918 La pire épidémie du siècle, Vendémiaire, 2018.

Chronique géo-virale nº3 du 25/03/2020
Marie-Françoise DURAND, Jacques LÉVY et Denis RETAILLÉ, Le monde – Espaces et systèmes, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques & Dalloz, 1992 [Sciences Humaines].

Chronique géo-virale nº4 du 27/03/2020
Hartmut ROSA, Accélération – Une critique sociale du temps, La Découverte, 2010.

Chronique géo-virale nº5 du 01/04/2020
Jean DELUMEAU, La peur en Occident XIVe-XVIIIe siècles, Fayard, 1978.
Jean DELUMEAU, Une histoire de la peur, sans date [Article en ligne].

Chronique géo-virale nº6 du 06/04/2020
Michel FOUCAULT, Surveiller et punir, Gallimard, 1975 [Texte en ligne].
Gilles DELEUZE, Post-scriptum sur les sociétés de contrôle, L’autre journal, 1990 [Texte en ligne].

Chronique géo-virale nº7 du 09/04/2020
Erwin GOFFMAN, La mise en scène de la vie quotidienne (2 tomes), 1956, Editions de Minuit, 1973.
Christian SALMON, « Coronarration » ou les paroles gelées, Analyse Opinion Critique, 02/04/2020.

Chronique géo-virale nº8 du 16/04/2020
Jeanna BRYNER, Why are so many people dying of Covid-19 in New York City?, Live Science, 15/04/2020.
Clélia GASQUET-BLANCHARD, Ebola, géographie d’une crise sanitaire, Presses universitaires de Rennes, 2016.

Chronique géo-virale nº9 du 27/04/2020
Peter GOULD, The Slow Plague – A Geography of the AIDS Pandemic, Wiley-Blackwell, 1993.
Gérard SALEM, La santé dans la ville – Géographie d’un petit espace dense : Pikine (Sénégal), Karthala, 1998.
Maximilien SORRE, Les fondements biologiques de la géographie humaine – Essai d’une écologie de l’homme, Colin, 1943 [Écologie & politiqueL’Information Géographique].

29/04/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Michel LUSSAULT
– Publications, CairnPersée.
– Vidéos, Canal-UChroniques géo-virales.
Revue de presse, Monde en Question.
Dossier Santé (avec liens), Monde en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.


Notes et références


[1] Michel LUSSAULT, Editorial, Anthropocène.
Il fait naturellement référence à la conférence de Stockholm sur l’environnement et au rapport de Dennis Meadows (The Limits of Growth) au Club de Rome en 1972. Il approuve, sans réserves semble-t-il, les activités du GIEC (Groupement intergouvernemental pour l’évaluation du climat).
Lire aussi : Dmitry ORLOV, Le culte apocalyptique du réchauffement climatique, Monde en Question.

Apprendre à penser en chinois


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.

 

Un ami a écrit un article qui commence ainsi :

Alors que la pandémie bat son plein, s’étend sur toute la planète, provoque des dizaines de milliers de morts et en entraînera sans doute bientôt des centaines, voire des millions, nombre d’entre nous, aujourd’hui confinés, s’interrogent sur ce que sera l’après corona virus.

Voici un extrait de mon commentaire à chaud :

Je ne lirai pas ton article car les prémices sont totalement spéculatives – dans le sens du délire planétaire – et donc sans intérêt.
Les décisions administratives, inadaptées à la situation réelle de la pandémie, auront des conséquences économiques et sociales, mais certainement pas celles que beaucoup prophétisent.
Je ne me hasarde à aucune prévision ni à aucune recommandation. J’essaie modestement de m’en tenir aux faits et j’ai la curiosité de regarder ailleurs… y compris dans l’histoire (c’est ma principale compétence) qui permet de relativiser les discours basés sur l’instrumentalisation d’émotions primaires comme la peur qui profitent aux opportunistes.
En conclusion, je suis triste de constater que des amis versent dans la religiosité…

Presque toutes les analyses sont fondées non sur la réalité de la situation, mais sur des présupposés idéologiques : racisme politique – de l’extrême gauche à l’extrême droite – contre les Chinois [1], apologie de la décroissance économique et de l’angoisse écologique, opposition conformiste aux gouvernements, etc., etc. Tous les vieux discours sont relookés, mais pas actualisés, pour dire et redire la même chose en courant après l’événement… selon la narrative des médias.

Nous vivons dans une société où le risque n’est plus assumé, mais, sous-évalué ou surévalué, il est devenu synonyme de danger mortel. Pire encore, le moindre changement est appréhendé comme une catastrophe. L’individu de plus en plus isolé, indifférent aux autres et tétanisé par la peur, aspire à une sécurité mortifère… sans vouloir en payer le prix [2].

Malgré les découvertes de la physique quantique, la pensée occidentale reste coincée dans l’opposition des contraires – le blanc (le bien) ou le noir (le mal). La pensée chinoise, fondée sur le changement, n’a aucune difficulté à rendre compte de l’évolution de la matière et donc du vivant. Ainsi, le mot chose, qui est unique dans notre système de pensée, est double en chinois : 东西 (dōngxi) se traduit littéralement par est-ouest.

Pour conclure, je vous invite à lire Procès ou Création – Une introduction à la pensée des lettrés chinois de François Jullien (Seuil, 1989-2013) :

Que toute réalité soit conçue comme processus en cours, relevant d’un rapport d’interaction ; que tout réel ne soit donc jamais analysable comme entité individuelle mais comme relation ; qu’il y ait, par conséquent, à l’origine de tout phénomène non pas une mais toujours deux instances fonctionnant corrélativement, c’est là une représentation de base de la culture chinoise.

13/04/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Dossier Pensée chinoise, Monde en Question.
Dossier Livres Chine, Monde en Question.
Dossier Catastrophes, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.


Notes et références


[1] Lire : L’Occident déteste vraiment la Chine, Réseau International.

[2] Après l’échec historique de la classe pour soi, la classe en soi est de retour en créant une fracture que les réseaux dits sociaux ne comblent pas car ils sont plus des lieux de consommation de rumeurs que de solidarité active. Lire :
– Classes sociales, Wikirouge.
– La vie sans microbes c’est la mort !, Monde en Question.

L’expérience chinoise de la vaccination


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.


La route des sciences de la Chine vers l’Occident

 

Plutôt que de lire dans l’angoisse des milliers de commentaires copiés-collés sur le coronavirus, j’explore tranquillement l’histoire des maladies infectieuses.

J’ai découvert une conférence de Maxime Schwartz, dont je reparlerai ultérieurement, sur l’histoire des vaccins. Il dit en introduction : Depuis le XVIe siècle et peut-être le Xe siècle, les Chinois pratiquent l’inoculation contre la variole [00’58].


Académie des sciences, 10/05/2016

 

Voici un résumé de ce qu’écrit dit Robert Temple dans Le génie de la Chine – 3 000 ans de découvertes et d’inventions p.149-151 :

L’origine chinoise de l’inoculation contre la variole reste mystérieuse. On croit savoir qu’elle vient de Sichuan. Des alchimistes taoïstes connaissaient déjà le secret de l’inoculation antivariolique au IIe siècle.
La technique fut diffusée dans le grand public à la mort du fils aîné du Premier ministre Wang Dan (957-1027), frappé par la variole.
L’inoculation présente certains dangers qui la distinguent de la vaccination telle que nous la pratiquons aujourd’hui.
Mais les Chinois la pratiquaient en s’efforçant d’atténuer la virulence du virus mortel.
Autant que possible, le matériau était prélevé, non pas sur des patients atteints de la variole, mais sur des personnes qui avaient été inoculées et sur lesquelles cette opération avait provoqué la formation de croûtes.
80% des virus de la variole servant aux inoculations étaient des virus morts, qui ne risquaient donc pas de transmettre la maladie, ils stimulaient la production d’anticorps inhibant la reproduction du virus de la variole, ainsi que celle d’interférons [commentaire ajouté par Joseph Needham], qui protègent globalement le système immunitaire. 20% du matériel utilisé était vivant et encore sous la forme la plus atténuée possible.
Au XVIIe siècle, la pratique s’est répandue en Turquie [via la Route de la soie], où elle a attiré l’attention des Européens [notamment des Britanniques]. En 1721, l’inoculation de la variole commençât à être largement utilisée en Europe pour protéger contre cette maladie.

10/04/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Joseph NEEDHAM, La science chinoise et l’Occident, Seuil, 1973.
Robert TEMPLE, Le génie de la Chine – 3 000 ans de découvertes et d’inventions, Philippe Picquier, 2000 et 2007.
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Dossier Sciences Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle Sciences, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Habitudes alimentaires : Chine vs Mexique


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.

 

J’ai entendu, ici au Mexique, beaucoup de bêtises à propos des habitudes alimentaires en Chine. Ceux qui s’indignent que des Chinois du Wuhan mangent des chauve-souris trouvent tout-à-fait normal de consommer des sauterelles grillées – une spécialité d’Oaxaca -, des fourmis – une spécialité de Morelos – ou des vers de terre – une spécialité de Jalisco.

Pour calmer les pressions internationales, le gouvernement chinois a complètement interdit le commerce d’animaux sauvages le 24 février 2020. Si cette décision était appliquée à la manière occidentale, il est à craindre qu’elle crée un marché noir échappant à tout contrôle sanitaire. Il est probable que la manière chinoise, plus réaliste et plus pragmatique, aboutisse à une commercialisation à la fois moins ostentatoire et plus contrôlée.

Quand la crise sera passée, des chercheurs étudieront peut-être les diverses modifications survenues sur le marché millénaire d’animaux sauvages à Wuhan qui seraient à l’origine de l’infection. Mais, compte-tenu des la complexité des interactions entre les plantes, les animaux et les êtres humains, il sera probablement difficile d’avoir une réponse univoque.

08/10/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

La chloroquine NON, mais…


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.


Nombre de cas actifs au 01/04/2020, Source

 

Alors que le coronavirus défie l’Occident en se multipliant malgré les mesures de confinement et que la propagande contre la Chine s’intensifie notamment en France [1], le gouvernement ne sait qui écouter ni quelle décision prendre à propos de la chloroquine.

Il semble qu’Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé depuis le 16 février 2020, communique plus facilement sur le port du burkini que sur le coronavirus. Après avoir écouter les détracteurs de la chloroquine, qui affirment sans rire qu’elle serait mortelle, le ministre a recommandé d’utiliser ce traitement dans les « formes graves hospitalières » au risque donc d’aggraver leur cas ! Puis, il a pris un décret autorisant la prescription de cette molécule « aux patients atteints par le covid-19 dans les établissements de santé » [2].

Il est utile de rappeler que :
90% des cas de coronavirus guérissent spontanément comme la grippe saisonnière ;
la chloroquine ne guérit pas du coronavirus, mais baisse drastiquement la charge virale ;
prescrire la chloroquine aux patients à risque ne sert donc à rien ;
prescrire la chloroquine aux personnes diagnostiquées permet de réduire le nombre de cas et donc le risque d’infection des personnes à risque, les seules susceptibles d’en mourir.

Les médias continuent de propager la psychose d’une catastrophe sanitaire à l’échelle mondiale en réactualisant les récits de science-fiction du siècle dernier. Le comble de la désinformation revient cette semaine à CNEWS pour son magazine à charge contre Didier Raoult et à l’IRIS, qui prétend que « la chloroquine sera vendue par des criminels » [3].

Le gouvernement mexicain rivalise avec ses homologues européens car il a décrété ce jour l’état d’urgence alors que le pays compte au total 1 151 cas actifs, soit 8,93 cas par million d’habitants, et 29 morts soit 0,22 morts par million d’habitants. Sans commentaire !

01/04/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.


Notes et références


[1] Lire : Accusé d' »instrumentaliser » son aide, Pékin recadre un membre du gouvernement français, RT, 30/03/2020.

[2] Lire :
• Olivier Véran ne veut pas prendre « de pari sur la santé des Français » avec le traitement à la chloroquine, 20 minutes, 26/03/2020.
• Le gouvernement autorise la prescription de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19, mais encadre sa vente, 20 minutes, 26/03/2020.
• Décret n° 2020-314 du 25 mars 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, Legifrance.

[3] Voir : Didier Raoult et la chloroquine peuvent-ils sauver le monde ? (2020), Documentaire déniché par Monde en Question.
Ce documentaire constitue un modèle de la propagande médiatique qui réalise un procès en sorcellerie contre Didier Raoult en multipliant les coups bas contre sa personne.
Le titre, annonçant le programme, est en contradiction totale avec ce qu’il dit de ses motivations : Ma recherche est une recherche basée sur une curiosité très ludique. Je m’amuse beaucoup en faisant de la recherche. Ce qui me plaît c’est de soulever la couverture pour voir ce qu’il y a dessous. Je n’avais pas pour objectif ni de sauver le monde ni de trouver le médicament qui allait guérir l’humanité. C’était guidé, c’est très égoïste, guidé par la curiosité… [36’35] ; ou de ses convictions : La chose la plus importante de toute ma carrière c’est de démontrer que ce qu’on pensait était faux. Pour moi, c’est extrêmement important de montrer que la science est vivante. Tout ce qui est vivant se détruit et se reconstruit en permanence. Et donc, à chaque fois qu’on peut détruire un dogme, je suis ravi. À chaque fois que je peux dire que quelque chose que j’ai appris, que j’ai enseigné pendant des années est faux, je suis ravi. [43’46].
Les propos scientifiques de Didier Raoult sont tronqués et falsifiés afin qu’ils cadrent avec l’image du « sauveur qui aurait un traitement miracle » construite par les médias. Pire encore, les tweets de Donald Trump sont démagogiquement instrumentalisés comme preuves contre Didier Raoult. Le comble est atteint par ce commentaire en voix-off : La précipitation et l’enthousiasme débordants de Donald Trump pour la chloroquine vont jusqu’à provoquer un drame aux États-Unis [12’46] ; et le commentaire encore plus fielleux d’un certain François Durpaire, présenté comme un historien alors qu’il est consultant pour la télévision et directeur de l’antenne et des programmes de FDM TV : Les propos de Donald Trump ont d’ailleurs provoqué indirectement la mort d’un Américain [12’56].
Le plus marrant est de voir Daniel Cohn-Bendit, vieille diva médiatique, faire sa crise d’hystérie.
Inutile d’aller plus loin… François Durpaire et les autres intervenants comme le docteur Gérald Kierzek, chroniqueur dans les médias (France 5, Le Monde, France Inter, la chaîne D8, Europe 1, France 2, LCI, etc.), battent Herr Doktor Joseph Goebbels sur le terrain de la propagande… inventée par un certain Edward Bernays aux États-Unis en 1917.
Lire :
• La chloroquine sera vendue par des criminels, IRIS, 30/03/2020.
• Bibliographie Catastrophes Monde en Question.
• Bibliographie Science-Fiction, Monde en Question.
• Dossier Edward BERNAYS, Monde en Question.

La chloroquine en question


Les fleurs, elles s’en fichent !
Catherine Fattebert [52’03]

 

Le quotidien suisse Le Temps, l’équivalent de l’im-Monde en France, a consacré un dossier sur le coronavirus qui conjuguent mauvaise foi et mensonges [1]. Il affirme, par exemple, que des soupçons de conflit d’intérêts pèsent sur Didier Raoult sans apporter la moindre preuve à cette accusation. Et pour cause, car on se demande où serait son intérêt de recommander un traitement valant moins de 2 € ! Ce sont plutôt ceux qui s’opposent à l’utilisation de la chloroquine qui devraient être soupçonnés de conflit d’intérêts !

La chloroquine est utilisée par des millions de personnes dans le monde chaque année dans le traitement préventif et curatif du paludisme. Elle est connue en France sous le nom de Nivaquine et au Mexique sous celui de Aralen. Les deux marques sont commercialisées par Sanofi.

Le ministère des Solidarités et de la Santé s’oppose à son utilisation dans le traitement du coronavirus parce que l’AMM (autorisation de mise sur le marché) ne prévoit naturellement pas cette indication. Il refuse de tenir compte des études cliniques chinoises, qui furent pourtant publiées par l’OMS [2], récuse celles du Pr Didier Raoult et préfère attendre les hypothétiques résultats d’études que personne ne souhaite réaliser pour un vieux produit qui ne rapporte pas grand-chose.
Le ministère subit aussi la pression des laboratoires qui préparent un vaccin miracle… pour après. Comme il faudra attendre entre 9 et 12 mois pour qu’il soit développé et plusieurs mois supplémentaires avant sa commercialisation [3], il risque donc de finir à la poubelle comme celui du virus A/H1N1 en 2010.

La France se trouve dans la situation ubuesque de ne pas utiliser un médicament connu et peu onéreux pour la raison avouable d’ordre administratif (l’absence d’AMM dans cette indication) et non avouable d’ordre économique : privilégier un laboratoire français (Sanofi en l’occurrence) dans la course mondiale au vaccin qui rapportera gros, très gros.

Il est intéressant de noter que, si l’Italie est aujourd’hui le pays d’Europe le plus affecté avec un total de 92 472 cas et de 10 023 morts au 28/03/2020, la carte de l’infection au covid-19 en 2020 recoupe celle de l’épidémie de paludisme en 2013-2017 [4].

Au lieu d’écouter et lire les commentaires des médias copier-coller contre le professeur Didier Raoult, je recommande d’écouter et de lire non seulement ses propos, mais aussi ceux de ses collaborateurs. Il dirige en effet une équipe de 100 chercheurs-praticiens (j’insiste sur la double compétence) à l’Institut de diagnostic, de soins et de veille épidémiologique de Marseille (IHU – Méditerranée Infection) dont la qualité des travaux est reconnue dans le monde… sauf par certains en France [5].


Le Pr Éric Chabrière, collaborateur du Pr Didier Raoult, dit clairement qu’après 4 jours de traitement à la chloroquine, la charge virale s’effondre chez la majorité des patients atteints du covid-19.
Tout le reste n’est que littérature !

 

Je tiens à préciser, comme je l’ai écrit ailleurs, que je ne partage ni les délires politico-médiatiques, qui nous prédisent l’apocalypse, ni les délires de ceux qui agitent le spectre de la Stratégie du choc. Personne ne maîtrise rien ! Et certainement pas les agents épidémiques (bactéries ou virus) qui apparaissent et disparaissent sans qu’on puisse prévoir ni modéliser leur évolution car trop de facteurs interdépendants interviennent. Les différents acteurs – les médias, les décideurs politiques et économiques avec leurs cohortes de conseillers – agissent en opportunistes selon leurs intérêts propres même s’ils partagent la volonté de les masquer aux yeux des masses tétanisées par la peur.

29/03/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Bulletin (de santé) du coronavirus nº2, Monde en Question.
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.


Notes et références

[1] Lire :
• Chloroquine : les dessous d’une recherche controversée, Le Temps, 25/03/2020.
• Articles sur l’im-Monde, Monde en Question.

[2] Lire :
• Report of the WHO-China Joint Mission on Coronavirus Disease 2019 (COVID-19), OMS, 28/02/2020.
• La mission conjointe OMS-Chine sur le coronavirus publie ses résultats de recherche, Le Quotidien du Peuple, 02/03/2020.

[3] Voir : Coronavirus (2020), Documentaire déniché par Monde en Question.
Ce documentaire réalisé à Singapour, ancienne colonie britannique, accuse la Chine d’être responsable du coronavirus [31’31].
Il prône naturellement le vaccin comme solution miracle [36’00], mais il faudra attendre entre 9 et 12 mois pour qu’il soit développé et plusieurs mois supplémentaires avant sa commercialisation [37’12].
Il dénonce le commerce d’animaux sauvages en Chine [37’50], alors qu’il est complètement interdit depuis le 24 février 2020, et sans expliquer pourquoi le coronavirus serait apparu en 2019 alors que ce commerce existe depuis très, très longtemps. Les médecins de Singapour propagent l’information, fausse et démagogique, que ce virus aurait une cause unique. La réalité est beaucoup moins schématique et beaucoup plus dérangeante. Comme le rappelle le professeur Didier Raoult les maladies infectieuses, étant des maladies d’écosystèmes complexes, multi-paramétriques, ne peuvent faire l’objet ni de modèles mathématiques ni de prédictions très précises.
Didier RAOULT, Épidémies – Vrais dangers et fausses alertes, 2020 [Texte en ligne].

[4] Lire : En Italie, le Covid-19 se répand uniquement dans les régions touchées par le paludisme, Réseau Voltaire.

[5] Lire : Le professeur Didier Raoult est l’expert des maladies transmissibles le mieux noté par ses confrères dans le monde, Communicable Diseases Worldwide.

Les croyances sont plus têtues que les faits


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.


Marcel PROUST, Du côté de chez Swann
Citation trouvée par hasard après la rédaction de l’article.

 

Personne n’a tiré les leçons du fait que le coronavirus a pratiquement disparu en Chine.

Tout le monde veut croire que la Chine détient le record mondial de 81 218 cas.
Tout le monde veut ignorer le fait que seulement 4 287 restent actifs soit 5,28% (Source) !

Tout le monde veut croire que le gouvernement chinois avait sous-estimé le risque de l’épidémie et qu’il a pris ensuite des mesures dictatoriales en confinant la ville de Wuhan dans la province du Hubei.
Tout le monde veut ignorer le fait que la majorité des pays occidentaux ont pris des mesures beaucoup plus drastiques car étendues à tout le territoire national.

Ainsi, le gouvernement mexicain a copié-collé les décisions du gouvernement français [1] alors que le pays totalisait seulement 12 cas et 0 mort (Rapport nº53). Or, malgré des mesures drastiques sur tout le territoire, le Mexique totalise aujourd’hui 478 cas et 5 morts (Rapport nº66). De quoi alimenter la psychose !

La situation est pire en France. Le jour de l’allocution d’Emmanuel Macron, la France totalisait 2 269 cas et 48 morts (Rapport nº52). Or, malgré des mesures drastiques sur tout le territoire, la France totalise aujourd’hui 24 920 cas et 1 331 morts (Rapport nº66).

Tout le monde veut croire que le coronavirus va prendre des proportions catastrophiques voire apocalyptiques en tuant des millions de gens.
Tout le monde veut croire que les mesures drastiques, prises tous azimuts et à l’aveugle, vont changer quelque chose à l’évolution de l’épidémie.
Tout le monde veut ignorer le fait que le coronavirus a atteint son pic en Chine au 34e jour et que la surmortalité de 0,28% à cette date est tombée aujourd’hui à 0,18% Source
Tout le monde veut ignorer le fait que la Chine a utilisé avec succès la chloroquine et la médecine traditionnelle à base d’herbes [2].

La société contemporaine a un besoin compulsif d’images. Les films catastrophes, prenant le relai de la littérature notamment de science-fiction, entretiennent notre attirance pour ce type de situation [3].
Les images d’un tremblement de terre, d’une éruption volcanique ou d’un feu de forêt fascinent toujours… surtout quand ces catastrophes ont lieu loin de chez soi.
Or, les agents infectieux (bactéries ou virus) génèrent d’autant plus d’angoisse qu’ils sont invisibles.

Les propos du professeur Didier Raoult risquent de perturber tous les lecteurs qui veulent croire à un miracle de la science pour les libérer de leur peur :

Cette grippe [A/H1N1] est restée très mystérieuse comme le sont beaucoup de maladies infectieuses qui, étant des maladies d’écosystèmes complexes, multi-paramétriques, ne peuvent faire l’objet ni de modèles mathématiques ni de prédictions très précises [4].

25/03/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.


Notes et références

[1] Lire :
Le président de la République a repris les propos alarmistes du ministre de l’Education destinés à justifier les mesures de confinement des crèches, écoles, lycées et universités. Ce plaidoyer pro-domo n’a aucune valeur car il est un vulgaire copié-collé des propos délirants d’un médecin de Hong Kong :

Il y a une possibilité que 60% de la population mondiale finisse par contracter le virus. Le taux de propagation est tel, selon lui, que même si les mesures actuelles de contingentement s’avèrent nécessaires et efficaces aux premiers stades de l’épidémie, celle-ci risque de se propager bien au delà des pays actuellement touchés.
16/02/2020, Source

Interrogé sur France Info, le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, a estimé que 50 à 70% de la population [devrait finir] par être contaminée par le virus, précisant que c’était ce que disaient les scientifiques.
15/03/2020, Source

[2] Lire :
• 15/02/2020, Le traitement anti-viral s’est avéré efficace vu l’augmentation du nombre de patients guéris, Xinhua.
• 26/02/2020, Les spécialistes de la médecine traditionnelle chinoise en première ligne contre le nouveau coronavirus, Xinhua.
• 17/03/2020, Un tonique traditionnel pour le traitement du coronavirus, Le Quotidien du Peuple.
• 21/03/2020, Coronavirus : « Je ne suis pas un outsider, je suis en avance », entretien avec le professeur marseillais Didier Raoult [son expérience de la chloroquine], La Provence.
27/03/2020, Épidémies – Vrais dangers et fausses alertes, Monde en Question.

[3] Lire :
• COLLECTIF, Anthologie de la science-fiction – Histoires de catastrophes, 1985 [Texte en ligne].
• Films catastrophes, Ciné-fichesCiné Trafic (308 films) – Ciné Trafic (100 films).

[4] Lire : Didier RAOULT, Épidémies – Vrais dangers et fausses alertes, 2020, Monde en Question.

Le coronavirus dans le monde


<Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.


Nombre de morts par million d’habitants au 21/03/2020
Source

Nombre de cas actifs par million d’habitants au 21/03/2020
Source

 

Comme je l’avais annoncé ici, je publie un bulletin de santé hebdomadaire des principaux pays les plus touchés par l’épidémie du coronavirus sur Monde en Question.

Bonne lecture !

21/03/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Les chiffres qui démentent l’hystérie collective


 

Beaucoup de spéculations délirantes, alimentées par la psychose politico-médiatique, courent sur Internet.
Je m’en tiens aux faits, c’est-à-dire au taux de surmortalité et au nombre de cas actifs du coronavirus, qui nous protègent de la pandémie d’hystérie collective.

Comme en 2009 à propos de la grippe A(H1N1), je suis contraint de répéter que communiquer uniquement sur le nombre cumulé de cas ou de morts donne une vision totalement fausse de l’évolution d’une infection. Il est évident que ce nombre sera toujours croissant et donc non significatif.

Les lanceurs de nouvelles hystériques spéculent sur le taux de mortalité (nombre de morts / nombre de cas) en imaginant une augmentation délirante du nombre de cas et donc de morts.

Si on imagine que les cas doublent tous les 5 jours, cela fait 4000 cas le 27 février, 8000 le 3 mars, 10 000 le 8 mars, 20 000 le 13 mars, 40 000 le 18 mars.
Source

Le taux de mortalité du coronavirus est certes plus élevé que celui de la grippe saisonnière, mais le nombre de cas est lui beaucoup moins élevé.

Bref, il est plus mortel… mais fait beaucoup moins de morts.
Source

Pour s’en tenir aux faits, l’indicateur pertinent est le taux de surmortalité (moyenne nombre de morts par jour du coronavirus / moyenne nombre de morts par jour toutes causes confondues).

Au 18/03/2020, la France totalise depuis le 25/01/2020 6 573 cas du coronavirus et 148 morts. La moyenne est de 2,79 morts par jour du coronavirus sur 1 707 toutes causes confondues, soit une surmortalité de 0,16%.
Source

Le nombre cumulé de cas dissimule aussi celui des cas résolus :

Au 18/03/2020, la Chine totalise depuis le 21/01/2020 80 928 cas dont 70 420 cas guéris, soit 87,02 % ! Si on ajoute les morts, 73 665 cas étaient donc résolus, soit 91,03 % !

Le nombre de cas actifs baisse régulièrement en Chine :

15/03/2020 = 9 848 cas actifs
16/03/2020 = 8 936 cas actifs
17/03/2020 = 8 043 cas actifs
18/03/2020 = 7 263 cas actifs

Restons donc vigilants sans céder à la psychose ambiante !

18/03/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
16/03/2020, Le coronavirus et la matrice de la peur pour changer de société, Russie politics.
Statistiques coronavirus en France, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Statistiques coronavirus en Chine, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.

¡Ya basta! du coronavirus 


Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre.

Le 07/05/2009 j’écrivais :

À lire les titres de la presse du jour, il y aurait de quoi être inquiet. Ainsi, selon Reuters-Yahoo! Actualités, « L’OMS fait état de plus de 2.000 cas de grippe dans le monde » et, selon AP-Yahoo! Actualités, « Jusqu’à deux milliards de personnes pourraient être infectées par le virus de la grippe A(H1N1) ».
Il y aurait de quoi être inquiet si on s’en tenait à la présentation des faits par les médias, les gouvernements et les organismes internationaux (OMS).
Source

Au 14/03/2020, soit presque 11 ans plus tard, les médias, les gouvernements et l’OMS nous jouent la même farce sur le mode de la tragédie du siècle pour reprendre la formule d’Emmanuel Macron.

Je ne répéterais jamais assez que comptabiliser le nombre cumulé de cas ou de morts donne une vision totalement fausse de l’évolution d’une infection. Il est évident que ce nombre sera toujours croissant et donc non significatif, mais naturellement très spectaculaire pour les médias.

Curieusement, absolument personne ne s’intéresse au nombre de cas guéris. Ainsi, alors que l’Italie totalise le deuxième nombre total de cas, elle totalise le troisième nombre total de guérisons.


Source, 14/03/2020 à 16:42 GMT

 

Pour avoir une idée de l’évolution d’une infection, il faut s’intéresser au nombre de nouveaux cas et de nouveaux morts et les corréler avec le nombre d’habitants. Ainsi, on se rend compte que la situation en Italie est actuellement préoccupante.

Ce que confirment les données du 15/03/2020. L’Italie détient le premier rang sur les deux critères :

– 3 590 nouveaux cas
– 368 nouveaux morts

Mais il faut relativiser ces données en les corrélant avec le nombre d’habitants :

– 59,35 nouveaux cas par million d’habitants
– 6,08 nouveaux morts par million d’habitants

En conclusion, il est nécessaire de mettre les différentes données en perspective c’est-à-dire de comparer plusieurs critères à une date donnée et mesurer l’évolution des mêmes critères dans le temps.

Jusqu’à maintenant je n’ai publié quotidiennement que les statistiques concernant la Chine. J’espère avoir le temps de le faire pour les pays les plus touchés…

Le défi est de rester vigilant sans céder à la psychose ambiante.

14/03/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Statistiques coronavirus en Chine, Chine en Question.
Sources Coronavirus, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Chine, Chine en Question.
Revue de presse Santé publique Monde, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.