Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Archives Journalières: 24/02/2020

Il faut davantage de livres sur la Chine pour briser les stéréotypes occidentaux


Les experts en questions de la Chine devraient écrire plus de livres sur ce pays asiatique afin d’aider l’Occident à connaître la vraie Chine et à briser les stéréotypes concernant le peuple chinois, estime l’orientaliste russe Youri Tavrovski.

« Il est extrêmement difficile de surmonter les stéréotypes qui prévalent en Occident concernant la Chine et les Chinois », confie le vice-président de l’Académie eurasienne de télévision et de radiodiffusion dans une récente interview à Xinhua concernant la publication au Royaume-Uni du livre « Fausses craintes : les relations entre les États-Unis et la Chine ».

L’un des principaux points de cet ouvrage écrit par Xin Jiyan est que certains Américains ont peur de la Chine en grande partie parce qu’ils ne connaissent tout simplement pas la pensée politique et philosophique chinoise moderne.

« Les États-Unis ne connaissent pas très bien la pensée politique contemporaine de la Chine, ce qui a un effet très limité sur les milieux politiques », pense M. Tavrovski.

Selon lui, l’Occident, et en particulier les États-Unis, se montre quelque peu hostile envers la civilisation chinoise.

« En Chine, il existe une lutte systématique et donc efficace contre la corruption. La Chine se dirige vers un objectif à long terme. Il existe des points de repère du Rêve chinois », plaide-t-il.

Les pays en développement ont montré un grand intérêt pour l’expérience de la Chine parce que le modèle chinois fonctionne, indique Youri Tavrovski, assurant que les Russes ont « également un grand intérêt pour l’expérience chinoise ».

« Mais ce n’est pas intéressant pour les Américains ». Tout le but du Rêve américain, c’est que l’Amérique doive être la première. Et l’expression l’Amérique d’abord exclut la possibilité même que quelqu’un soit proche des États-Unis », a-t-il déclaré.

« L’élite américaine, en particulier intellectuelle, et l’élite des experts en questions de la Chine sont dominées par des gens qui sont enclins à entrer en conflit avec la Chine », relève-t-il, notant que la vision du monde de nombreux responsables politiques américains était déterminée par « Crouching Tiger » (Le tigre accroupi), le célèbre livre de Peter Navarro qui dit qu’une guerre avec la Chine est inévitable.

« Pour exercer une influence notable sur eux, il doit y avoir davantage d’experts en questions chinoises qui écrivent des livres sur la Chine », résume M. Tavrovski, ajoutant qu’il est nécessaire d’améliorer l’image de ce pays dans le monde et de travailler davantage avec l’opinion publique internationale.

Aujourd’hui, la Chine joue encore un « très petit » rôle dans le discours mondial des civilisations, dit-il. Ainsi, « les Chinois sont formidables pour avoir créé un réseau d’Instituts Confucius, mais il n’y a pas assez d’organisations conçues pour les intellectuels », déplore-t-il.

« La Chine a pris la place qui lui revient. Nous devons partir de là et essayer de maintenir nos positions dans le nouveau monde multipolaire », conclut Youri Tavrovski.

Source

Il est symptomatique que les rares livres publiés en France sur la Chine soient des ouvrages véhiculant les mêmes stéréotypes que la propagande américaine y compris ceux publiés par des universitaires qui connaissent la langue (sinologues), mais haïssent la civilisation chinoise (sinophobes).

19/02/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.