Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Le virus de la propagande


 

Durant un peu plus de 16 mois, entre le début avril 2009 et la mi-août 2010, les médias ont gagné des fortunes en créant et en entretenant la peur du virus A/H1N1 par une vaste campagne de propagande.
Les médias américains et européens s’acharnèrent à cette époque contre le Mexique, tenu pour responsable de l’épidémie alors que le nombre de cas et de morts fut plus élevé aux États-Unis.
L’OMS, dont certains experts avaient des liens avec des fabricants de vaccins, a largement crédibilisé le feuilleton médiatique alors que le risque resta limité. Cette pandémie mondiale a en effet occasionné 284 500 décès contre 250 000 à 500 000 attribués chaque année à la grippe saisonnière dans le monde (entre 290 000 et 650 000 selon les dernières études de l’OMS) [1].

Onze ans plus tard, les médias orchestrent leur propagande contre les Chinois, présentés comme un risque pour la survie du monde occidental. Ils reprennent le vieux discours raciste contre la soi-disante menace d’un péril jaune. Ce thème est apparu aux États-Unis en 1881 avec la publication de Three Hundred Years Hence de W.H. Day et en France en 1897 avec celle de Le péril jaune du sociologue russe d’expression française Jacques Novicow. Jack London publia deux nouvelles sur ce thème : The Yellow Peril – Le péril jaune en 1904 et The Unparalleled Invasion – Une invasion sans précédent en 1910 qui, reprenant les argument du texte précédent, vante la solution finale : éradiquer les Chinois de la surface de la terre grâce à l’arme bactériologique [2].


Statistiques du 21/01 au 08/02/2020 (Source)

 

Quand on examine les chiffres d’un peu plus près, on s’aperçoit de cette épidémie soi-disant mondiale est non seulement limitée à la Chine, mais surtout à la province du Hubei qui, le 8 février, totalisait 72,58% des cas et 96,18% des morts survenus en Chine. Alors que le taux de mortalité du virus A/H1N1 fut de 17,4% celui du virus 2019-nCoV est seulement de 2,1%. Enfin, à partir du 1er février, le nombre de guérisons a commencé à dépasser le nombre de décès [3].

 

Avec seulement 811 morts sur une population 1 400 millions d’habitants, la Chine a beaucoup de progrès à faire pour rivaliser avec la France car il faudrait qu’elle dépasse 62 790 morts en un mois !

10/02/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Revue de presse Chine Santé publique, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.


Notes et références

[1] Lire :
Articles virus A/H1N1, Monde en Question.
Revue de presse Grippe A/H1N1 2009, Monde en Question.
Revue de presse Grippe A/H1N1 2010, Monde en Question.
Jusqu’à 650 000 décès par an sont dus à la grippe saisonnière, OMS.

[2] Lire :
Jack LONDON, The Yellow Peril, 1904 [Texte en ligne p.1559-1573].
The menace to the Western world lies, not in the little brown man [Japonais], but in the four hundred millions of yellow men [Chinois] should the little brown man undertake their management. The Chinese is not dead to new ideas; he is an efficient worker; makes a good soldier, and is wealthy in the essential materials of a machine age. Under a capable management he will go far. The Japanese is prepared and fit to undertake this management. Not only has he proved himself an apt imitator of Western material progress, a sturdy worker, and a capable organizer, but he is far more fit to manage the Chinese than are we. The baffling enigma of the Chinese character is no baffling enigma to him. He understands as we could never school ourselves nor hope to understand. Their mental processes are largely the same. He thinks with the same thought-symbols as does the Chinese, and he thinks in the same peculiar grooves. He goes on where we are balked by the obstacles of incomprehension. He takes the turning which we cannot perceive, twists around the obstacle, and, presto! is out of sight in the ramifications of the Chinese mind where we cannot follow.

We have had Africa for the Afrikander, and at no distant day we shall hear « Asia for the Asiatic! » Four hundred million indefatigable workers (deft, intelligent, and unafraid to die), aroused and rejuvenescent, managed and guided by forty-five million additional human beings who are splendid fighting animals, scientific and modern, constitute that menace to the Western world which has been well named the « Yellow Peril. » The possibility of race adventure has not passed away. We are in the midst of our own. The Slav is just girding himself up to begin. Why may not the yellow and the brown start out on an adventure as tremendous as our own and more strikingly unique?

Back of our own great race adventure, back of our robberies by sea and land, our lusts and violences and all the evil things we have done, there is a certain integrity, a sternness of conscience, a melancholy responsibility of life, a sympathy and comradeship and warm human feel, which is ours, indubitably ours, and which we cannot teach to the Oriental as we would teach logarithms or the trajectory of projectiles. That we have groped for the way of right conduct and agonized over the soul betokens our spiritual endowment. Though we have strayed often and far from righteousness, the voices of the seers have always been raised, and we have harked back to the bidding of conscience. The colossal fact of our history is that we have made the religion of Jesus Christ our religion. No matter how dark in error and deed, ours has been a history of spiritual struggle and endeavour. We are pre-eminently a religious race, which is another way of saying that we are a right-seeking race.
Jack LONDON, Une invasion sans précédent, 1910 [Texte en ligne].
Durant l’été et l’automne 1976, la Chine fut un enfer. Il était impossible d’éviter les microscopiques projectiles qui s’infiltraient dans les moindres recoins. Les centaines de millions de morts ne furent pas enterrés, les germes se multiplièrent et, à la fin, des millions de survivants moururent chaque jour de la famine. En outre, celle-ci affaiblissait les victimes, détruisant leurs défenses naturelles contre les fléaux. Le cannibalisme, le meurtre et la folie régnèrent. Ainsi périt la Chine.

C’est seulement au mois de février suivant, à la période la plus froide, que les premières expéditions furent lancées. Elles étaient modestes, composées de scientifiques et de quelques corps de troupes ; mais elles pénétrèrent en Chine de tous côtés. En dépit des précautions prises contre l’infection, de nombreux soldats et quelques médecins furent touchés. Mais l’exploration se poursuivit courageusement. Ils trouvèrent une Chine dévastée, transformée en une étendue en friche où erraient des meutes de chiens sauvages et des brigands désespérés qui avaient survécu. Tous les survivants furent mis à mort, où qu’ils se trouvent.

Alors commença la grande œuvre : le nettoyage de la Chine. Cinq années et des centaines de millions y furent engloutis, après quoi le monde vint s’installer, non dans des zones réparties d’avance, comme l’avait préconisé le baron Albrecht, mais de façon dispersée, selon le plan démocratique américain. Tout un vaste et heureux mélange de nationalités s’implanta en Chine en 1982 et, dans les années qui suivirent, une expérience de fertilisation croisée remarquablement réussie fut menée. Nous connaissons aujourd’hui les résultats admirables, sur le plan industriel, intellectuel et artistique, qui en furent le fruit.

[…] le 17 avril [1987], la Convention de Copenhague fut réunie. En présence des représentants de toutes les nations du monde, les participants jurèrent de ne jamais plus utiliser les méthodes de guerre bactériologique employées contre la Chine.
Articles péril jaune, Chine en Question.

[3] Lire :
Real-time update on coronavirus outbreak, Global Times.
06/02/2020, Face à l’épidémie, on mesure bien le sens moral de chacun, Le Quotidien du Peuple
Selon la presse, la grippe H1N1 qui a commencé en 2009 a infecté 1,6323 million de personnes, a fait 284 500 morts, avec un taux de mortalité de 17,4%. Alors que grâce aux efforts inlassables de la Chine, le taux de mortalité de patients atteints de pneumonie causée par le nouveau coronavirus est de 2,1%, nettement moins élevé que celui des autres épidémies. À partir du 1er février, le nombre de guérisons a commencé à dépasser le nombre de décès.
Grippe, Institut Pasteur
La grippe est une infection respiratoire aigüe contagieuse due aux virus influenza, dont la particularité est la grande variabilité génétique. C’est un enjeu de santé publique de par les épidémies saisonnières annuelles qui touchent chaque année 2 à 8 millions de personnes en France, avec un excès de mortalité attribuable à la grippe de 10 000 à 15 000 décès, principalement chez les sujets fragiles.
L’im-Monde de la propagande [virus A/H7N9], Chine en Question.

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :