Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Au pays du changement permanent


 

Les statistiques de la Banque mondiale montrent qu’en 2000, le PIB français se chiffrait à 1 326,3 milliards de dollars, contre 1 198,4 milliards de dollars pour la Chine. Deux ans plus tard, le PIB chinois dépassait le PIB français, avec 1 453,8 milliards de dollars contre 1 452 milliards de dollars. À l’époque, l’économie chinoise croissait à un rythme d’environ 10 % par an. Les trois années suivantes, en raison de la hausse de l’euro, la Banque mondiale qui calcule les PIB des pays en dollars indiquait que le PIB français avait à nouveau dépassé celui de la Chine. À partir de 2005, l’économie chinoise a commencé à connaître un essor considérable et le PIB chinois atteignait 2 256,9 milliards de dollars, dépassant à nouveau le PIB français qui était alors de 2 136,5 milliards de dollars. L’année suivante, le PIB chinois atteignait 2 712,9 milliards de dollars, alors que celui de la France s’établissait à 2 255,7 milliards de dollars. En 2008, année des Jeux olympiques de Beijing, le PIB chinois grimpait à 4 521,8 milliards de dollars, tandis que le PIB français indiquait 2 831,7 milliards de dollars. On voit que l’écart de PIB se creusait rapidement entre la Chine et la France, mais le public tant chinois que français n’en avait cure, car ces chiffres abstraits ne se reflètent pas dans la vie de tous les jours. Ce que pouvaient noter les Chinois, c’est que leurs voyages en France revenaient de moins en moins chers.

En 2010, avec 5 930,5 milliards de dollars, le PIB chinois prenait la seconde place mondiale, tandis que celui de la France se tassait à 2 565 milliards de dollars. Le PIB chinois était déjà plus de double du PIB français. En 2016, le PIB chinois se montait à 11 218,2 milliards de dollars, soit quatre fois plus que le PIB hexagonal. Ces chiffres abstraits, nous ne pouvons pas les percevoir au quotidien. Je vivais et travaillais dans les deux pays, et seules quelques différences me sautaient aux yeux : dans les grandes villes chinoises, à Beijing, à Shanghai ou à Shenzhen, je voyais plus de voitures de luxe que dans les villes françaises et on pouvait rencontrer plus de jeunes dans les hôtels 5 étoiles en Chine qu’en France. Autre différence : au classement du PIB par habitant publié en avril 2016 par le FMI, la France est au 24e rang avec 38 124 dollars/personne, alors que la Chine prend la 74e place avec seulement 8 113 dollars/habitant. Cela illustre le fossé qui sépare la Chine, un pays en développement, de la France, pays développé.

[…]

Un autre événement récent s’est produit en Chine, qui ne doit pas être négligé : le Sommet des BRICS qui s’est tenu au début de septembre à Xiamen. On sait que ce genre de sommets est riche en déclarations et annonces de toutes sortes, et les médias français en ont fait état. Je ne veux en citer qu’une parmi tant d’autres : la coopération monétaire entre pays des BRICS prend une tournure concrète. Au cours de son point de presse, le président russe Vladimir Poutine a affirmé que « la mise en place du réservoir de devises des cinq pays est en route ». Cette initiative avait été évoquée lors du premier sommet des cinq pays à Moscou ; elle a été précisée lors du sommet suivant des BRICS au Brésil. Lors du Sommet d’Afrique du Sud, cette proposition a été mise en œuvre. On ne sait pas encore la date du lancement du réservoir de devises, mais je note un paragraphe dans la déclaration des cinq pays publiée lors du sommet de cette année : « Nous convenons qu’à condition que les lois de nos cinq pays le permettent, nos cinq pays entretiendront des contacts étroits visant à renforcer la coopération monétaire et explorer plus de moyens à ce sujet à travers l’échange de monnaies, les règlements et les investissements en monnaies des cinq pays. »

[…]

Pour conclure, relatons un épisode qui s’est produit cet été. En juillet, la plus longue autoroute traversant un désert est entrée en service : il s’agit de l’autoroute reliant Beijing à Ürümqi qui s’étend sur 2 540 km. Le long de cette autoroute se trouve un paysage en tout point comparable à celui de la fameuse route 66 aux États-Unis. Nos amis français amateurs de paysages désertiques peuvent venir l’admirer ici. Lorsque j’étudiais le français, mon professeur s’étonnait, au début des années 1980, de ce que la Chine ne possédait pas d’autoroute. La première autoroute a été construite en 1988 dans la banlieue de Shanghai sur seulement 16 km. Mais aujourd’hui, la Chine est le pays qui possède le plus long réseau autoroutier au monde. Des nouvelles incroyables pour nos amis occidentaux qui peinent à s’habituer au rythme auquel se développe la Chine. Il faut voir la Chine comme un pays qui change constamment. C’est en tout cas mon vécu lorsque je suis rentré de France en Chine. Une expérience qui pourra être utile à nos amis français

Lire l’intégralité de l’article : ZHENG Ruolin, Au pays du changement permanent, Chine au présent, 28/09/2017.

Lire aussi :
Dossier documentaire Economie Chine, Monde en Question.
Index Économie, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Publicités

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :