Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

La troisième moitié


À W., une ville ouvrière hideuse du centre de la Chine – ce doit être Wuhan, sise au milieu des montagnes, dans la vallée du Yang Tsé Kiang – s’agite une foule de pauvres types, coincés entre la Fabrique des Interrupteurs, récemment convertie en ateliers de médailles pieuses à l’effigie du Président Mao, et l’Usine de Caoutchouc. C’est une agglomération immense et informe, plus vaste que Mexico si l’on en croit la mégalomanie de ses habitants, dont beaucoup sont analphabètes, mais une mosaïque de petits quartiers, sortes de villages vivant en quasi-autarcie. Un de ces quartiers, peut-être le plus déshérité de la ville, sert de décor au livre.

LING Xi, La troisième moitié, Maurice Nadeau, 2010 [Hors-champsQuinzaine Littéraire].

Écouter aussi : Entretien avec Ling Xi, Quinzaine Littéraire

Lire aussi :
• LING Xi, Eté strident, Actes Sud, 2006 [ExtraitsLe LittérairePlurielles].

En 2070, quelque part en Chine, un vieil homme élève des cafards. Perdu dans le tumulte de sa mémoire, il revoit le temps de sa jeunesse, l’époque où son père abandonne sa famille pour vivre en France et devenir poète.
Dans une cité ouvrière, un jeune homme d’une beauté rare aime l’opéra. Après sa journée de travail, maquillé de blanc et vêtu de soie, il chante dans une cabane à thé. Le rôle féminin qu’on lui attribue s’achève par l’envol d’un couple de papillons…
En 2006, Li travaille à Paris. Petit garçon en Chine, ses grands-parents l’habillaient en fille pour détourner l’attention des voleurs d’enfants. Aujourd’hui encore ce souvenir demeure…

Et c’est au rythme de la floraison des lauriers-roses – cet arbre au parfum subtil et aux sucs mortels -que ces trois hommes sont confrontés à l’insidieuse violence de l’entre-deux-mondes.
Trois destins placés sous le signe de l’illusion et de la métamorphose. A l’évocation de la Chine des années 1980 – celle de la jeunesse de ces trois personnages – se mêle un regard singulier sur la fragilité humaine et l’absurdité du monde.

Témoin du déclin d’une utopie, et de celui d’un Occident rêvé, Ling Xi déploie avec humour la poésie et l’étrangeté de son univers romanesque teinté de dérision et de désespoir.

• L’actualité des livres
Centre National du Livre
Veille littéraire CNL
Revue de presse Chine 2011, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Chine, Monde en Question.

Publicités

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :