Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Désoccidentaliser la sociologie


Comment penser la pluralité des récits des sociétés contemporaines ? Comment casser la hiérarchie construite par les colonialismes entre sociétés occidentales et sociétés orientales ? Il nous paraît aujourd’hui moins pertinent de penser la pluralité des « provinces du savoir » que de penser les continuités et les discontinuités, les agencements et les disjonctions entre des lieux de savoir situés à différents endroits du monde susceptibles de laisser apparaître un espace intermédiaire transnational à la fois local et global.

L’auteur cherchera ici à construire des effets de miroir entre sociologie chinoise et sociologie européenne autour des thématiques suivantes : emploi et travail ; frontières sociales et ségrégations urbaines ; modernités, sujet et souci d’autrui ; Etats, conflit social et action collective ; inégalités et parcours biographiques ; migrations internes et internationales. Un essai qui nous en apprend autant sur la sociologie chinoise que sur la sociologie européenne.

Laurence ROULLEAU-BERGER, Désoccidentaliser la sociologie – L’Europe au miroir de la Chine, Editions de l’Aube, 2011, [Couverture].

Alors que Jean-Louis Rocca construit une sociologie chinoise en imposant les concepts de la sociologie française (colonisation de la pensée chinoise), Laurence Roulleau-Berger déconstruit la sociologie française en la comparant à la sociologie chinoise.

22/02/2011
Serge LEFORT
Citoyen du Monde

Lire aussi :
• Laurence ROULLEAU-BERGER, GRSHAL-CNRSInstitut d’Asie Orientale.
• Laurence ROULLEAU-BERGER, Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe, PU Mirail, 2007.
L’intensification des mouvements migratoires Est-Ouest modifie en profondeur l’Europe économique. Parmi ceux-ci, l’importance croissante des déplacements de populations chinoises (qu’elles soient très qualifiées ou qu’elles le soient peu) redessine le marché du travail européen et trace les contours d’espaces économiques et sociaux inédits. Ces « nouvelles migrations » révèlent le processus de mondialisation « par le bas » et « par le haut », portées par les itinéraires individuels et collectifs des migrants.
Cet ouvrage, constitue la première synthèse sur cette question majeure.
• Laurence ROULLEAU-BERGER et YUHUA Guo, PEILIN Li, SHIDING Liu (sous la direction de), La nouvelle sociologie chinoise, CNRS, 2008 [France CulturePerspectives chinoises]
Ce livre est le premier sur la sociologie chinoise en français. Privée d’existence pendant trente ans, la sociologie chinoise a été refondée en 1979. Ce tournant dans l’histoire internationale de la pensée, ainsi que l’intégration des théories occidentales, la restructuration de la discipline, et la multiplication des enquêtes qualitatives comme quantitatives qui ont été accomplies depuis, ne demeurent que trop méconnues.
Ce livre donne la parole à des sociologues chinois, témoins éminents de ce renouveau. L’État, la ville, le marché : en nous faisant entrer dans ces différents mondes sociaux de la Chine qui constituent aussi des thèmes majeurs de leurs recherches, c’est la réalité même de la transition qu’ils nous font saisir.
Ainsi voit-on s’affirmer, au cours de ces études souvent étonnantes, toujours passionnantes, une dynamique intellectuelle, originale, créative et vigoureuse au sein d’une société en grande transformation, appelée à marquer la sociologie contemporaine et à rénover notre vision tant de la Chine que du monde.
• Alain BONNAFOUS et Laurence ROULLEAU-BERGER (sous la direction de), Académiquement correct, PU Lyon, 2011 [Table des matières].
Issu d’un séminaire pluridisciplinaire consacré aux méthodes et à l’épistémologie des sciences humaines et sociales, cet ouvrage collectif permet de mesurer le paradoxe apparent entre un processus de production des connaissances qui se segmente toujours plus en spécialités et des réflexions qui surgissent de tous ces lieux concurrents et révèlent les mêmes questions. Entre l’académique et le scientifique, y a-t-il pacte ou dilemme ? Anthropologie, linguistique, sociologie, politologie, littérature, économie, mais aussi astrophysique et biologie se trouvent ainsi mises en dialogue pour mieux mesurer l’ambiguïté d’un binôme qui peut « favoriser » l’inertie.
Revue de presse Chine 2011, Monde en Question.
Dossier documentaire & Bibliographie Chine, Monde en Question.

Publicités

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :