Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Double jeu en Afghanistan


A l’approche du deuxième scrutin afghan sous occupation étasunienne, impossible d’échapper au consensuel «constat d’échec» : huit ans après les attentats de New York et de Washington, Oussama Ben Laden et ses complices échappent encore et toujours à leurs poursuivants. Quant aux talibans, protecteurs honnis d’Al-Qaida qui, en 2001, s’étaient effondrés en quelques semaines, ils semblent aujourd’hui plus forts que jamais.

Un sombre tableau confirmé par les forces alliées elles-mêmes, qui ne cessent de demander des renforts. Comment expliquer ce fiasco ? Comment comprendre que la plus importante coalition politique et militaire de tous les temps ait échoué dans les missions qui lui étaient assignées ? Qu’elle se montre incapable de se débarrasser d’une milice détestée par les Afghans eux-mêmes ? Que des dizaines de milliers de soldats professionnels aux équipements les plus modernes, ayant le monopole des airs et le soutien des trafiquants d’opium soient ainsi ridiculisés ?

Le précédent de la défaite soviétique des années 1980 ne suffit pas à valider l’archétype grossier d’un Afghanistan terre sauvage livrée ad æternam aux chefs de guerre. Les «moudjahidine» étaient formés et financés par les États-Unis, l’Arabie saoudite et la Chine. Les talibans, eux, ne disposent plus d’aucun appui extérieur, si ce n’est de la nébuleuse djihadiste.

Plus pertinente est la critique de l’inadéquation des moyens mis en oeuvre par rapport aux objectifs déclarés. Si le but avait été d’arrêter Mohammad Omar et Ben Laden, des opérations armées limitées à la frontière pakistanaise auraient suffi. Si l’objectif était d’empêcher le retour d’un régime «terroriste», l’option militaire n’aurait dû être qu’un bref préalable à une solution politique. Même accueilli les bras ouverts, un occupant finit immanquablement par s’attirer les foudres de la population. D’autant plus s’il multiplie les bavures meurtrières !

A ce stade d’«incompétence», le doute s’insinue : et si l’opération n’était pas si ratée que cela ? D’un point de vue stratégique, en effet, le maintien de ce foyer belliqueux, voire son extension au Pakistan, garantit une présence occidentale sur le long terme en Asie centrale. «Pour trente ou quarante ans», a admis récemment le général britannique David Richards [1]. Une pierre dans les arrière-cours de la Russie et de la Chine, perçues par Washington comme ses principaux rivaux impériaux.

Paradoxalement, l’OTAN apparaît aujourd’hui comme le principal vainqueur du bourbier afghan. A force de réclamer des renforts pour sa croisade, l’ex-«Alliance atlantique» est parvenue à rassembler, sous mandat de l’ONU, près de 90 000 soldats provenant d’une cinquantaine de nations et de cinq continents. Le rêve d’un «gendarme global» sous contrôle occidental est en marche.

Le Courrier

L’Empire britannique est présent en Afghanistan depuis 200 ans. En 1809, son ambition était de contenir la Russie en Asie centrale et de protéger son Empire des Indes.
L’Empire américain est présent en Afghanistan depuis 1947 et plus activement depuis 1979.
Aujourd’hui, l’Afghanistan reste un enjeu stratégique entres les grandes puissances pour contrôler l’Asie centrale. Le peuple afghan paye au prix fort d’être situé au carrefour des rivalités pour la domination du monde. Pendant que les États-Unis rejouent un western dans les montagnes de l’Hindou Kouch, la Chine consolide son amitié et sa coopération avec les pays islamiques et prend en charge l’ensemble de l’économie de la Moldavie.

15/08/2009
Serge LEFORT


[1] The Times, 8 août 2009. Lire aussi :
• Afghanistan : la mission des troupes britanniques prendra près de 40 ans, RIA Novosti.
• Les Britanniques, en Afghanistan pour encore 30 à 40 ans, Le Monde.
• La guerre de 40 ans, est-ce un bon argument électoral ?, Dedefensa.
• Dossier documentaire & Bibliographie Afghanistan, Monde en Question.

 

Publicités

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :