Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Un “New Deal” à la chinoise


BULARD Martine, Un «New Deal» à la chinoise, Les blogs du Diplo

Cette volonté des autorités chinoises de marquer un grand coup tient à plusieurs raisons.

La première est la réduction sensible des exportations, l’un des moteurs-clés de la croissance. Cette chute est liée bien sûr à la récession dans les pays industrialisés (États-Unis, Europe, Japon, Corée…), mais aussi à la perte de fiabilité d’une partie des produits «made in China», suite aux scandales à répétition (jouets dangereux, denrées alimentaires frelatées…) qui arrivent au plus mauvais moment. Nombre d’entreprises, notamment dans les zones exportatrices du sud, ont dû fermer leurs portes. Au total, la croissance est passée à un rythme annuel de 9 % ( contre 11,4 % l’an dernier) et certains économistes tablent sur une chute à 7 ou 8 %.

Or, à la différence de nations jusqu’à maintenant donneuses de leçons (États-Unis et France en tête), la Chine a les moyens d’une relance. Son excédent budgétaire atteint 1 181 milliards de yuans (134 milliards d’euros). Elle possède d’importantes réserves (2 000 milliards de dollars) dont une partie est conservée dans des fonds souverains et utilisée pour assainir le système interne (industriel et bancaire) tout en impulsant un renouveau. L’ensemble des décisions prises suffira-t-il à donner un nouveau souffle à l’économie du pays ? Il est évidemment trop tôt pour le dire.

La deuxième raison de ce «New Deal à la chinoise» est plus directement politique. Le parti communiste et ses dirigeants savent qu’ils conservent le pouvoir principalement parce qu’ils ont pu enrôler les couches moyennes naissantes – qui pourraient rompre le consensus en cas de chute de leur niveau de vie – et parce qu’ils ont réussi à maintenir l’espoir d’une vie meilleure pour les enfants des couches les plus défavorisées. Que la croissance chute en deçà des 6 % et 7 %, bouchant toute perspective d’avenir, et c’est tout l’édifice qui s’effondrerait. Les autorités sont particulièrement attentives aux populations des campagnes, qui ont vu leur pouvoir d’achat régresser et qui sont de plus en plus actives dans les mouvements sociaux.

La troisième raison est à rechercher du côté des ambitions géopolitiques de Pékin. Ce n’est pas un hasard si le gouvernement a fait connaître son plan avant le sommet du G20 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni, Russie (le G8), représentants de l’Union européenne, Afrique du sud, Arabie saoudite, Argentine, Australie, Brésil, Chine, Corée du Sud, Inde, Indonésie, Mexique et Turquie). La Chine veut ainsi faire la démonstration qu’elle a les moyens de peser sur les affaires, de contribuer à la stabilité de l’économie mondiale, et qu’il faut donc compter avec elle. Elle entend également montrer qu’elle peut agir seule, en toute indépendance, sans l’injonction ni même l’imprimatur d’un groupe de pays à géométrie variable dont la composition dépend de l’administration américaine et qui n’est pas habilitée à décider quoi que ce soit.

Russie-Chine : deux sommets d’ici fin 2008, RIA Novosti

Deux sommets russo-chinois sont programmés d’ici la fin 2008, a déclaré jeudi à Moscou le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev.

« Nos rencontres deviennent régulières, parce que nous sommes des partenaires stratégiques. Cette année, il y a eu trois rencontres au plus haut niveau, et il y en aura au moins deux encore d’ici la fin de l’année », a-t-il déclaré à l’ouverture de la 3e série de consultations russo-chinoises sur la sécurité stratégique.

Selon M. Patrouchev, les consultations russo-chinoises interviennent après un événement important dans la vie politique en Russie, le message annuel du président à l’Assemblée fédérale (parlement). « Ce message fait actuellement l’objet d’un débat actif dans le pays. Nous allons évoquer certains thèmes du message, notamment relatifs à la politique extérieure, à la sécurité et aux événements dans le Caucase », a-t-il indiqué.

Russie-Iran-Qatar : la « troïka » du gaz vise à stabiliser les prix, RIA Novosti

« Les ententes intervenues entre la Russie, l’Iran et le Qatar en vue de mettre en place une « troïka » du gaz sont le résultat des efforts conjoints des pays producteurs et exportateurs de gaz », a-t-il argumenté.

Selon M. Lavrov, tous les pays liés à la production d’hydrocarbures ont intérêt à ce que le marché du gaz et du pétrole soit stable.

« Je pense que cela est également dans l’intérêt des consommateurs. Nous voulons bâtir notre partenariat avec les pays producteurs d’hydrocarbures dans la plus grande transparence. Il n’y aura pas d’ordres du jour secrets. Nous voulons stabiliser le marché et déboucher sur un niveau des prix acceptable aussi bien pour les producteurs que pour les consommateurs et les pays de transit », a-t-il ajouté.

Moscou aura du mal à s’implanter en Amérique latine, RIA Novosti

La tournée s’est soldée par la signature de trois grands contrats, qui pourraient cependant ne pas être mis en oeuvre en raison de la situation politique dans certains de ces États. La concurrence de la Chine et l’élection de Barack Obama à la tête des États-Unis pourraient également mettre à mal les plans de Moscou.
[…]
Ces trois pays présentent cependant des risques politiques. Cela concerne en premier lieu le Venezuela, qui organisera le 23 novembre des élections régionales. Les autorités régionales vénézuéliennes, surtout au niveau des États, dispose d’une grande autonomie par rapport au gouvernement central, c’est pourquoi aucun grand projet ne peut être réalisé sans soutien politique de la part des autorités locales. Les prochaines élections pourraient renforcer considérablement l’opposition, car les Vénézuéliens perdent confiance en la politique de leur président, tandis que la baisse des prix du pétrole supprime pour le pouvoir la possibilité d’amadouer les électeurs par des projets sociaux de milliards de dollars.
[…]
La concurrence de la Chine, qui s’implante avec succès en Amérique latine depuis dix ans, affaiblit également les positions de la Russie. Par exemple, Pékin et Caracas ont signé en 2006 un accord sur l’achat par le Venezuela de 18 pétroliers chinois pour 1,3 milliard de dollars. Les négociations entre les deux pays sur la construction de nouveaux pétroliers sur les chantiers navals chinois sont déjà en cours. Dans ces conditions, les déclarations d’Hugo Chavez sur la construction de pétroliers en Russie pourraient très bien n’être qu’un argument dans la discussion des prix avec les Chinois.

En outre, le résultat des élections présidentielles aux États-Unis menace lui aussi les plans de Moscou sur une implantation de grande échelle sur les marchés sud-américains. L’élection de Barack Obama a été saluée par tous les leaders d’Amérique latine, notamment Hugo Chavez et Daniel Ortega, ainsi que les frères Fidel et Raul Castro. On sait très bien que les tensions, qui ont régné pendant les huit dernières années dans les relations entre ces pays et les États-Unis, s’expliquent pour la plupart par la politique du président George W.Bush. Si Obama tient sa promesse préélectorale d’entamer des négociations avec Raul Castro et d’autres leaders de gauche de la région sans préalables, ce sont les relations d’affaires qui seront restaurées en premier lieu. Les compagnies russes pourraient alors faire face aux concurrents américains, qui possèdent de bonnes ressources financières et technologiques et connaissent parfaitement le marché.

Là-bas si j’y suis : novembre 2008, Le Monde diplomatiqueLà-bas si j’y suis

BULARD Martine, Finance, puissances… le monde bascule, Le Monde diplomatique

Les uns après les autres, les chiffres de l’emploi tombent : 6 000 suppressions chez Renault, 1 600 chez Nissan, 3 500 chez Daimler-Benz. Dans la construction, les licenciements s’accélèrent. Alors qu’aux États-Unis 159 000 postes sont passés à la trappe en septembre, en Chine le ralentissement est patent. Selon le Bureau international du travail (BIT), le chômage devrait toucher 210 millions de personnes dans le monde d’ici à la fin 2009 ; 20 millions de plus qu’actuellement. La «crise», on le voit, a des implications concrètes, quasiment ignorées des plans de sauvetage gouvernementaux, lesquels se contentent de renflouer les banques. Si le sommet entre les pays industrialisés et les pays émergents (G20), prévu le 15 novembre, est exceptionnel par sa composition, il vise surtout à «nettoyer» le système des excès – et non à le remettre en cause. Pourtant, tout y invite : l’articulation de la finance et des services à la production matérielle, aujourd’hui complètement déconnectés ; l’ardente obligation de préserver la planète qui pousse à modifier modes de fabrication et styles de vie ; la prise en considération d’une nouvelle géopolitique des capitaux – la Chine est devenue le banquier des États-Unis – et de rapports de forces internationaux en ébullition.

LORDON Frédéric, Les disqualifiés [Elie Cohen, Nicolas Baverez, Jacques Attali], Le Monde diplomatique

Après le krach boursier, la faillite intellectuelle : au nombre des victimes collatérales du naufrage financier figurent la poignée d’économistes qui dispensent la bonne parole dans les médias. Libéralisation, déréglementation, privatisation : leur credo tenait en trois mots. Quand bien même une pendule arrêtée donne l’heure juste deux fois par jour, ces «spécialistes» ont étalé leur constance dans l’erreur. En détailler le menu évite que leur ardoise se trouve subitement effacée, à l’instar de celle des banquiers.

Publicités

Rédiger votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :