Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Chronique d’une mort annoncée


Ébranlé par le cours nouveau d’un bonapartisme à la chinoise du PCC, je cesse de publier mes chroniques sur la voie chinoise pour un temps indéterminé… Lire : Articles XI Jinping.
19/03/2018
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Publicités

LIU Cixin, Trilogie SF


 

En pleine Révolution Culturelle, le pouvoir chinois construit une base militaire secrète destinée à abriter un programme de recherche de potentielles civilisations extra-terrestres. Ye Wenjie, une jeune astrophysicienne en cours de rééducation parvient à envoyer dans l’espace lointain un message contenant des informations sur la civilisation humaine. Ce signal est intercepté par les Trisolariens, qui s’apprêtent à abandonner leur planète-mère, située à quatre années-lumière de la Terre et menacée d’un effondrement gravitationnel provoqué par les mouvements chaotiques des trois soleils de son système. Ye Wenjie reçoit près de huit ans plus tard la réponse des Trisolariens. Choquée par les horreurs dont elle a été témoin durant la Révolution culturelle et ayant perdu toute foi dans l’homme, elle fournit secrètement aux Trisolariens les coordonnées du système solaire, dans l’espoir que ceux-ci viennent conquérir la Terre et réformer l’humanité. Dans quatre siècles, ils seront là…

LIU Cixin, Le problème à trois corps, Actes Sud, 2016 [Texte en ligne].

L’humanité sait qu’il lui reste quatre siècles avant que la flotte trisolarienne n’envahisse le système solaire. Les sciences fondamentales se retrouvant verrouillées par les intellectrons, la Terre doit se préparer du mieux qu’elle peut. Le Conseil de Défense Planétaire lance un nouveau projet : le programme Colmateur, qui consiste à faire appel à quatre individus chargés d’envisager des stratégies secrètes pour contrer l’invasion ennemie. Car s’ils peuvent espionner toutes les conversations et tous les ordinateurs humains grâce aux intellectrons, les Trisolariens sont en revanche incapables de lire dans leurs pensées.

LIU Cixin, La forêt sombre, Actes Sud, 2017 [Texte en ligne].

Un demi-siècle après l’Ultime Bataille, l’équilibre précaire dû à la dissuasion de la forêt sombre continue de maintenir les envahisseurs trisolariens à distance. La Terre jouit d’une prospérité sans précédent grâce au transfert des connaissances et des technologies trisolariennes. La science humaine connaît des progrès pour ainsi dire quotidiens, les Trisolariens découvrent avec fascination la culture humaine et l’espoir grandit que les deux civilisations puissent bientôt coexister pacifiquement sans la terrible menace d’une annihilation réciproque. Mais lorsqu’une ingénieure en aéronautique originaire du début du XXIe siècle sort de son hibernation, elle réveille avec elle le souvenir d’un programme qui menace cet équilibre. Bientôt, l’humanité aura à faire un choix : partir à la conquête d’autres univers ou mourir dans son berceau.

LIU Cixin, La mort immortelle, Actes Sud, 2018 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Dossier documentaire Littérature Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Les États-Unis alimentent le terrorisme en Chine


 

Le racket des droits de l’homme de l’Occident s’est encore une fois mobilisé – cette fois-ci supposément pour soutenir la minorité ouïghoure de Chine, principalement dans la région du Xinjiang, au nord-ouest du pays.

Des gros titres et des rapports ont été publiés selon lesquels jusqu’à un million de personnes, pour la plupart des Ouïghours, auraient été détenues dans ce que l’Occident qualifie de « camps d’internement ». Comme d’autres l’ont souligné, il est impossible de vérifier indépendamment ces affirmations car aucune preuve n’est fournie et des organisations comme Human Rights Watch, Amnesty International et des organisations ouïghours spécifiques comme le Congrès Mondial de Ouïghours manquent de crédibilité et ont été exposées à maintes reprises en s’appuyant sur la défense des droits pour promouvoir les intérêts spéciaux de l’Ouest.

Nulle part dans l’article de la BBC, des preuves ne sont présentées pour vérifier ces affirmations. La BBC omet également de mentionner que des groupes comme le Congrès Mondial de Ouïghours sont financés par le Département d’État américain par l’intermédiaire du National Endowment for Democracy (NED) et ont un bureau à Washington D.C. Le NED est un front américain dédié spécifiquement à l’ingérence politique dans le monde et a joué un rôle dans le changement de régime soutenu par les États-Unis partout en Amérique du Sud, en Europe orientale, en Afrique et dans l’Asie entière.

[…]

Le site Web du National Endowment for Democracy des États-Unis admet s’être ingéré dans toute la Chine et le fait si largement qu’il a ressenti le besoin de diviser son ciblage de la Chine en plusieurs régions, dont le territoire de Hong Kong, le Tibet, le Xinjiang/le Turkistan Oriental.

Lire l’intégralité de l’article : Réseau International.

Les États-Unis poursuivent en Chine, comme en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie, la même politique de soutien aux divers groupes terroristes pour maintenir leur domination mondiale.

07/11/2018
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Dossier documentaire Chine/Occident, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

1fichier s’aligne sur les GAFAM… contre l’internet


 

Le 23/07/2018, je vous avais informés qu’il n’était plus possible pour certains de télécharger en mode free les fichiers hébergés par 1fichier.

Depuis le 15/10/2018, je ne peux plus accéder à mon compte 1fichier :

Impossible de communiquer en mode sécurisé avec le pair : aucun algorithme de chiffrement en commun.

Un anonyme du staff, toujours aussi peu compréhensif, m’a suggéré de me connecter à partir d’un autre équipement informatique et d’une autre connexion à internet. Extrait des mails :

S.L. : Si j’ai bien compris, vous allez m’offrir un ordinateur, un navigateur et un fournisseur d’accès exclusivement compatibles avec 1fichier.

1fichier : Votre réponse ne fera que conforter les actions de certains pour nous causer préjudice et asseoir leur position.
Bien entendu, il ne faudra pas se plaindre lorsqu’il n’existera plus de petits hébergeurs indépendants…

S.L. : Les messages de Firefox et Safari disent la même chose : il est impossible d’établir une connexion sécurisée avec 1ficher. J’en déduis que votre obsession sécuritaire, après avoir bloqué le téléchargement gratuit, exclut maintenant les abonnés !
Votre discours victimaire ne résout rien…

Leur proposition de résolution du problème était d’autant moins crédible que 1fichier avait coupé l’accès à mon compte pendant les vacances parce que je m’étais connecté avec un autre ordinateur et un autre fournisseur d’accès – ceux de l’hôtel où je logeais.
Or, précisément le 15/10/2018, j’ai changé d’IP comme je le fais de temps en temps pour éviter d’être pisté. La réaction de Google fut immédiate : ils ont bloqué l’accès à mon compte Gmail. 1fichier, la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, a fait de même ! Car les GAFAM veulent tout savoir de nous et nous suivre jusque dans les chiottes.

Je vous communique les 780 liens postés qui deviendront obsolètes après 1 mois d’inactivité. Par la même occasion, j’ai mis à jour le corpus des 18 028 films ou documentaires de la cinémathèque Ciné Monde.

21/10/2018
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Les GAFAM contre l’internet, Monde en Question
La censure programmée par Google – Facebook – Twitter, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Chine, l’empire du temps (2017)


 

Titre : Chine, l’empire du temps (2 épisodes)
Réalisateur : Cédric Condon
Durée : 0h52 par épisode
Année : 2017
Pays : France
Genre : Documentaire
Résumé : Pour pouvoir évangéliser la Chine, des missionnaires jésuites ont contribué au XVIIe siècle à enrichir les connaissances astronomiques des savants chinois. En deux parties, un documentaire-fiction éclairant sur une formidable épopée scientifique.
Fiche : Film documentaire
Partage proposé par : Anonyme (film rare) HD 720 FR

Avis de Chine en Question : Ce docu-fiction fait l’éloge de la colonisation intellectuelle de la Chine par les jésuites au XVIIe siècle qui précéda la colonisation militaire par les Anglais et les Français au XIXe siècle. « La mission des jésuites était de participer à la reconquête de la chrétienté à travers le monde » [0’30]. Dans cette entreprise, autant Matteo Ricci fut respectable autant Johann Adam Schall von Bell fut détestable. L’ironie de l’histoire tient au fait que le pape a dissout l’ordre des jésuites au profit des bénédictins et des franciscains… plus dociles et plus ignares.
Les auteurs évoquent les connaissances astronomiques des Chinois sans jamais les détailler. Or Paolo Maffei a montré, par exemple, que la comète dite de Halley était connue des Chinois depuis très longtemps.
La prévision de l’éclipse de soleil du 1er septembre 1644 établie par des fonctionnaires mandchoues, fut erronée car les nouveaux maîtres de la Chine n’avaient pas encore assimilés les connaissances astronomiques chinoises [1h01].
On fait dire à l’empereur mandchou Shunzhi Qui est Dieu ? Qui a créé l’univers ? Questions qu’aucun Chinois ne se pose car ces concepts n’existent pas dans la langue qui parle plutôt de transformation, concept que Einstein découvrira seulement au XXe siècle [1h09].

Lire aussi :
Dossier documentaire Sciences Chine, Monde en Question.
Dossier documentaire Chine-Occident, Monde en Question.
Dossier documentaire Matteo RICCI, Monde en Question.
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

SÔSEKI Natsume, Haïkus


 

Si Sôseki le romancier est de longue date traduit et commenté chez nous, une part plus secrète et à la fois plus . familière de son oeuvre nous est encore inconnue.

Sôseki a écrit plus de 2500 haïkus, de sa jeunesse aux dernières années de sa vie : moments de grâce, libérés de l’étouffante pression de la vie réelle, où l’esprit fait halte au seuil d’un poème, dans une intense plénitude. « Affranchis de la question de leur qualité littéraire, ils ont à mes yeux une valeur inestimable, puisqu’ils sont pour moi le souvenir de la paix de mon cœur… Simplement, je serais heureux si les sentiments qui m’habitaient alors et me faisaient vivre résonnaient, avec le moins de décalage possible, dans le coeur du lecteur. »

Ce livre propose un choix de 135 haikus, illustrés de peintures et calligraphies de l’ auteur, précédés d’une préface par l’éditeur de ses Œuvres complètes au Japon.

La science serait-elle un art
L’art de fabriquer
Les feux d’artifice…

Les hommes meurent
Les hommes vivent
Passent les oies sauvages

Sans savoir pourquoi
j’aime ce monde
où nous venons pour mourir

Au fil de mes lectures

SÔSEKI Natsume, Haïkus, Philippe Picquier, 2001 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Mort d’un propriétaire foncier


 

Durant la guerre sino-japonaise, le fils d’un propriétaire foncier devient par hasard un héros. A une autre époque, un adolescent de dix-huit ans est sur le point de se lancer dans le vaste monde, quand brusquement tout lui parait suspect. Ici, des personnages sont entraînés dans un cycle infernal de destructions et d’autodestructions. Là, les habitants d’une petite ville confrontés à la menace d’un séisme sombrent dans le désarroi. Enfin, un poète déchu trouve une lettre, puis rencontre son auteure qui soudain bouleverse l’architecture de ses souvenirs…

Tout un monde miné de dangers et d’incertitudes traverse ces cinq courts romans écrits par Yu Hua dans la première période de son oeuvre. Ils font surgir devant nous des signes inquiétants qui ne parviendront pas à détourner les humains du destin funeste qui les guette. Mais de ce monde oppressant, où l’auteur nous promène comme dans un labyrinthe, se dégage une musique envoûtante. Tissés d’impressions et de réminiscences, constellés d’images étranges, ces textes où la beauté le dispute à l’horreur laissent en mémoire une trace profonde.

HUA Yu, Mort d’un propriétaire foncier – Et autres courts romans, Actes Sud, 2018 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Yu Hua – Bio-bibliographie, Chinese movies.
Dossier Littérature Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Impressions au retour de Chine


Suivre l’actualité
courir après le vent.
Penser l’actualité
marcher à contre-courant.

 

Les commentaires sur la Chine, qui ne relèvent pas de la propagande anti-chinoise en cours dans les médias et chez les universitaires français, sont si rares que je conseille la lecture de cette article. En voici un extrait :

Il ne fait pas de doute, au vu de ce qui précède, que si le 18ème siècle fut français, le 19ème siècle britannique et le 20ème siècle américain, le 21ème siècle sera très vraisemblablement chinois. Doit-on pour autant s’en inquiéter ? Je ne le pense pas. A ceux qui agitent l’image du péril jaune et d’une main mise de la Chine sur la planète je rappellerai que la Chine n’a jamais été expansionniste ni agressive, comme en témoignent son immense muraille exclusivement conçue pour la protéger des invasions ou les fabuleuses expéditions maritimes de l’amiral Zheng He au 15ème siècle, instruit par le troisième empereur Ming de découvrir ce qu’il y avait « au delà de l’horizon » et qui n’eurent jamais pour finalité de coloniser d’autres terres. La Chine a toujours eu une stratégie défensive et il est clair que la montée en puissance de son appareil militaire sert d’abord sa stratégie de dissuasion et la défense de ses lignes de communication. N’en déplaise donc à la classe dirigeante et au complexe militaro-industriel américains, le monde de demain sera de nouveau multipolaire et cela sera bon pour la planète. Il serait également bon pour la planète que la Chine continue de s’affirmer comme championne de l’environnement et continue d’impulser le changement dans ce sens.

Lire l’intégralité de l’article : Ariel FRANÇAIS, 16/09/2018.

26/09/2018
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Retour de Chine : impressions en vrac (I), Paul Jorion, 18/11/2017.
Retour de Chine : impressions en vrac (II), Paul Jorion 24/11/2017.
Voyageurs français en Chine – Impressions et jugements, Dix-Huitième Siècle, 1990.
Dossier documentaire Chine/Occident, Monde en Question.
Dossier documentaire Récits de voyages Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

La papeterie Tsubaki


 

Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l’art difficile d’écrire pour les autres.

Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de v ux, rédige un mot de condoléances pour le décès d’un singe, des lettres d’adieu aussi bien que d’amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin.

Et c’est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre des réconciliations inattendues.

OGAWA Ito, La papeterie Tsubaki, Picquier, 2018 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Index Littérature, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Le rêve de la Montagne d’Or


 

Du milieu du XIXe siècle au début des années 2000, de Kaiping à la Colombie Britannique, cinq générations d’hommes et de femmes obsédés par un même rêve, un même espoir : conquérir la Montagne d’Or, cette région aurifère mythique d’Amérique du Nord, et en rapporter les richesses sur leur terre natale. Un premier roman plein de souffle et d’ampleur, à la découverte de l’histoire tourmentée de ces Chinois d’Amérique.

Portée par un souffle romanesque exceptionnel, une magnifique saga où se mêlent l’opium, la sueur et les larmes. De la Chine impériale au quartier chinois de Vancouver, le destin bouleversant d’une famille en quête d’une vie meilleure sur les riches terres américaines.

Vingt-quatre heures. C’est le temps qu’Emmy Smith, sociologue canadienne, pensait rester en Chine. Venue régler une simple affaire de succession, elle ne soupçonne pas la valeur de l’héritage légué par son aïeul : une histoire extraordinaire et tragique. Celle de ses ancêtres. La sienne, aussi.

À seize ans, le jeune Fang Defa n’a qu’un seul rêve : quitter sa misérable vie de paysan pour rejoindre la Montagne d’Or, en Amérique du Nord. Mais, arrivé à Vancouver, la réalité le rattrape : nulle trace de l’utopique montagne. Ici comme ailleurs, l’argent se gagne dans la douleur et les privations.
Ouvrier sur la ligne de chemin de fer du Pacifique, puis blanchisseur, Fang est prêt à tous les sacrifices pour subvenir aux besoins de sa famille restée en Chine. Son obsession : réunir les siens au Canada.
Un vœu que l’Histoire n’aura de cesse de mettre à mal…

ZHANG Ling, Le rêve de la Montagne d’Or, Belfond, 2011 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Dossier Littérature Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

L’Occident déteste vraiment la Chine


 

Il n’y a aucune « clémence » pour la Chine, en Occident. A plusieurs titres, la plus grande et l’une des plus anciennes cultures de la Terre a été systématiquement dénigrée, insultée, ridiculisée et jugée avec arrogance par les faiseurs d’opinion, les propagandistes, les universitaires et la presse traditionnelle ayant des sièges à Londres, New York et Paris et par bien d’autres endroits que l’Occident appelle lui-même les centres de « l’érudition » et de la « liberté de l’information ».

Les messages anti-chinois sont parfois manifestes, mais la plupart du temps à peine voilés. Ils sont presque toujours racistes et fondés sur l’ignorance. Et, horrible réalité, c’est qu’ils fonctionnent !

Ils fonctionnent pour de nombreuses raisons. L’une d’entre elles est que si les Asiatiques du Nord en général, et les Chinois en particulier, ont appris avec ardeur tout ce qui concerne le reste du monde, l’Occident est complètement ignorant sur presque tout ce qui concerne les Asiatiques et les Chinois.

[…]

Ils fonctionnent pour de nombreuses raisons. L’une d’entre elles est que si les Asiatiques du Nord en général, et les Chinois en particulier, ont appris avec ardeur tout ce qui concerne le reste du monde, l’Occident est complètement ignorant sur presque tout ce qui concerne les Asiatiques et les Chinois.

J’ai personnellement mené une série d’expériences simples mais révélatrices en Chine, en Corée et au Japon, ainsi que dans plusieurs pays occidentaux : alors que presque tous les enfants d’Asie du Nord peuvent facilement identifier au moins quelques « icônes » de la culture occidentale, y compris Shakespeare et Mozart, la plupart des professeurs d’université européens titulaires d’un doctorat ne pouvaient pas nommer un seul réalisateur coréen, un compositeur de musique classique chinois ou un poète japonais.

Les Occidentaux ne savent rien à propos de l’Asie ! Non pas 50% d’entre eux, ni même 90%, mais très probablement dans les 99,9%.

Et il va sans dire que la Corée produit certains des meilleurs films d’art au monde, tandis que la Chine et le Japon sont réputés pour leur art classique raffiné, ainsi que pour leurs chefs-d’œuvre modernes.

En Occident, la même ignorance s’étend à la philosophie chinoise, à son système politique et à son histoire. En Europe et en Amérique du Nord, il y a une obscurité absolue, une ignorance foudroyante, concernant la vision du monde chinois. A Paris ou à Berlin, la Chine est jugée exclusivement par la logique occidentale, par les « analystes » occidentaux, avec une arrogance insurpassable.

Le racisme est la seule explication fondamentale, bien qu’il existe de nombreuses autres raisons secondaires à cet état de fait.

Le racisme occidental, qui a humilié, attaqué et ruiné la Chine pendant des siècles, a modifié progressivement ses tactiques et ses stratégies. D’ouvertement et clairement insultant et vulgaire, il s’est progressivement développé en quelque chose de beaucoup plus « raffiné » mais constamment manipulateur.

[…]

Le concept de « droits de l’homme », que l’Occident utilise constamment contre la Chine, est « ciblé ». La plupart des accusations et des « faits  » ont été retirés du contexte de ce qui s’est passé à l’échelle mondiale (de nos jours et dans l’histoire). Des vues et des « analyses » exclusivement eurocentrées lui ont été appliquées. La philosophie et la logique chinoises ont été totalement ignorées ; elles n’ont jamais été prises au sérieux. Personne en Occident ne demande au peuple chinois ce qu’il veut vraiment (seuls les soi-disant « dissidents » sont autorisés à parler au public occidental par l’intermédiaire des médias de masse). Une telle approche n’est pas censée défendre ou aider qui que ce soit ; au contraire, elle est dégradante, conçue pour causer le maximum de dommages au pays le plus peuplé de la Terre, à son système unique et, de plus en plus, à son importante stature mondiale.

Il est évident que les universités et les médias occidentaux sont financés par des centaines de millions et de milliards de dollars pour censurer les principales voix médiatiques chinoises et promouvoir un nihilisme anticommuniste et contre le Parti communiste chinois.

Je connais un universitaire irlandais basé en Asie du Nord, qui enseignait en Chine. Il m’a dit, avec fierté, qu’il avait l’habitude de provoquer les étudiants chinois : « Savez-vous que Mao était un pédophile ? » Et il ridiculisait ceux qui le défiaient et trouvaient ses propos déplaisants.

Mais une telle approche est tout à fait acceptable pour l’académie occidentale établie en Asie. Inversez les rôles et imaginez un universitaire chinois qui vient à Londres pour enseigner la langue et la culture chinoises, et commençant ses cours en demandant aux élèves s’ils savent que Churchill avait des relations sexuelles avec des animaux ? Que se passerait-il ? Serait-il renvoyé immédiatement ou à la fin de la journée ?

Lire l’intégralité de l’article : Réseau International.

Lire aussi :
Articles André VLTCHEK : Arrêt sur InfoGlobal ResearchLe Grand SoirRéseau International.
Bibliographie André VLTCHEK : Babelio.
Noam CHOMSKY, André VLTCHEK, L’Occident terroriste – D’Hiroshima à la guerre des drones, Écosociété, 2015 [Texte en ligne].
Dossier documentaire Chine/Occident, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.