Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Actualités


Mise à jour importante des dossiers (avec liens) : ÉrotismePhilosophie, Friedrich NIETZSCHESciences, Mathématiques, Astronomie et PhysiqueGuerre France/Algérie.

Beaux seins, belles fesses


 

Dans la province du Shandong, Shangguan Lushi donne naissance à neuf enfants dont un seul garçon, Jintong, Enfant d’Or. Ce petit dernier, l’enfant gâté né d’un pasteur suédois, est un obsédé surdoué. Narrateur de cette vaste fresque de la société rurale, son attachement immodéré et obsessionnel au sein maternel l’entraîne dans des situations tragiques et burlesques. Les destins du garçon et de ses huit sœurs sont irrésistiblement liés aux aléas de l’histoire de la Chine au XXe siècle.

De la résistance antijaponaise à la révolution maoïste, du Grand Bond en avant au néo-capitalisme sauvage, les femmes chinoises accordent le Ciel et la Terre. En témoignent leur ventre fécond et leurs seins adorables, leurs seins d’Immortelles qu’il faut caresser dans une transe infiniment régénérante. Tout autour du téton suprême danse la gigue des chamanes taoïstes, guerriers héroïques, bandits sauvages, bureaucrates pathétiques et commissaires politiques, vagabonds missionnaires et petits métiers, maniaques de tous bords et obsédés de tous poils, amoureuses, vieillards et nouveau-nés également obstinés à vivre, accrochés à la Terre mère, transfigurés par le génie créateur de Mo Yan.

Dans le battement de l’histoire, la pulsion érotique caresse le rêve dont les oiseaux fabuleux, les dragons légendaires et les montagnes magiques gardent le secret.

MO Yan, Beaux seins, belles fesses, 2014 [Texte en ligne].

Lire aussi :
MO Yan, Chine en Question.
Dossier Littérature Chine (avec liens), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.

Yi jian mei (1931)


Cycle Cinéma Chine 1905-1949

 

Titre : Yi jian mei
Réalisateur : BU Wancang
Acteurs : Lingyu Ruan, Cho-cho Lam, Cilong Wang
Durée : 1h40
Année : 1931
Pays : Chine
Genre : Drame, Romance
Résumé : Bai Le De et Hu Lun Tung sont des cadets militaires. Après avoir obtenu son diplôme, Hu Lin Tung est nommé capitaine de la caserne du Guangdong et part. Plus tard, Bae Le De est nommé au même endroit. Hu Lun Tung tombe amoureux de Luo Hua, fille du commandant local.
Fiche : IMDb
Partage déniché par Chine en Question
Avis de Chine en Question : Cette romance de facture hollywoodienne ne vaut pas grand-chose.
Avis de : Sens Critique – BU Wancang 卜万苍, Chinese MoviesCiné-club de Caen
Cinéma dans le monde en 1931 :
Le million de René Clair intègre la musique à l’action.
Tabu: A Story of the South Seas – Tabou de Friedrich Wilhelm Murnau. Les très belles images de Floyd Crosby sert cette version cinématographiques du mythe du bon sauvage et d’une sexualité naturelle, mais épilée et habillée !

Lire aussi :
Dossier Cinéma Chine (avec liens), Monde en Question.
Dossier Cinéma Chine, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question

La politique chinoise des États-Unis du XIXe au XXIe siècle


 

En ce début de XXIe siècle, les relations sino-américaines sont devenues un pivot majeur des relations internationales. Jouissant du statut d’unique superpuissance mondiale à la fin de la guerre froide, les États-Unis ont observé, non sans une certaine appréhension, la remarquable montée en puissance de la Chine, désormais perçue par de nombreux observateurs comme la seule nation capable de détrôner l’Amérique. Le passé lourd et complexe qui pèse sur les relations entre Pékin et Washington permet d’éclairer cette nouvelle donne, notamment son caractère inédit et potentiellement dangereux si les deux pays entrent en compétition directe pour la place de première puissance mondiale.

Cet ouvrage propose d’analyser la politique chinoise des États- Unis depuis le XIXe siècle et de mettre en lumière l’alternance de cycles d’ouverture et de fermeture dans les relations avec la Chine. L’objectif de cette synthèse est d’offrir une perspective historique permettant de mieux comprendre les enjeux contemporains, mais aussi pourquoi le face-à-face est si inconfortable entre les deux géants.

Juliette BOURDIN, Entre porte ouverte et « porte fermée » – La politique chinoise des États-Unis du XIXe au XXIe siècle, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013.

Lire aussi :
Respecter l’histoire, envisager l’avenir et préserver et stabiliser fermement les relations sino-américaine (11 pages), Xinhua.
Dossier Chine/Occident, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.

PIB Chine-Monde


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.

 

Les mesures anti-Covid-19 ont eu un effet dévastateur sur la croissance de tous les pays. Aucun pays de l’OCDE n’a enregistré une croissance positive lors des deux premiers trimestres de 2020.
Tous les pays ont souffert sauf… la Chine dont le PIB est passé de – 10% au premier trimestre à + 11,5% au deuxième trimestre selon les données de l’OCDE.

Lire aussi :
Dossier Économie Chine, Monde en Question.
Dossier Économie Chine (avec liens), Monde en Question.
Veille informationnelle Géoéconomie, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.

Tao hua qi xue ji (1931)


Cycle Cinéma Chine 1905-1949

 

Titre : Tao hua qi xue ji – Les fleurs de pêchers pleurent des larmes de sang
Réalisateur : BU Wancang
Acteurs : Lingyu Ruan, Yan Jin, Lili Zhou
Durée : 1h40
Année : 1931
Pays : Chine
Genre : Drame, Romance
Résumé : Ruan Lingyu joue le rôle d’une jeune paysanne qui tombe amoureuse du fils du propriétaire de la terre sur laquelle travaillent ses parents. Son amour est réciproque, mais en raison des différences de classe, sa mère lui interdit de la revoir.
Fiche : IMDb
Partage déniché par Chine en Question
Avis de Chine en Question : Cette romance est trop convenue pour susciter un quelconque intérêt. Comme dans Qinghai chongwen (1929), la mère (celle de King Teh-en, le héros) jour un rôle négatif.
La musique extradiégétique, rajoutée après coup, n’apporte rien bien au contraire.
Avis de : Chinese MoviesCiné-club de CaenSens Critique – BU Wancang, Chinese MoviesCiné-club de Caen – RUAN Lingyu 阮玲玉, Chinese Movies
Cinéma dans le monde en 1931 :
Le million de René Clair intègre la musique à l’action.
Tabu: A Story of the South Seas – Tabou de Friedrich Wilhelm Murnau. Les très belles images de Floyd Crosby sert cette version cinématographiques du mythe du bon sauvage et d’une sexualité naturelle, mais épilée et habillée !

Lire aussi :
Dossier Cinéma Chine (avec liens), Monde en Question.
Dossier Cinéma Chine, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question

Respecter l’histoire


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.

 

La relation sino-américaine est l’une des relations bilatérales les plus importantes au monde. La préservation et la stabilisation de cette relation sont un enjeu à la fois pour le bien-être des peuples chinois et américain et pour celui de tous les peuples du monde, et aussi un impératif pour la paix, la stabilité et le développement dans le monde. Comme l’a déjà indiqué le Président Xi Jinping en 2014, l’histoire et la réalité montrent que la Chine et les États-Unis ont tout à gagner à coopérer et tout à perdre à se battre. Leur coopération permet d’accomplir de grandes choses dans l’intérêt des deux pays et du monde, et leur confrontation sera un désastre pour les deux pays et le monde. Il est important pour les deux parties de prendre de la hauteur pour voir loin et de travailler à renforcer leur coopération. L’engagement pour la coopération et la non-confrontation est non seulement dans l’intérêt des deux pays, mais aussi apportera des bénéfices au monde entier. Dans les messages de félicitations échangés entre les deux Chefs d’État à l’occasion du 40e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis, le Président Xi Jinping a indiqué qu’au cours des quatre dernières décennies, les relations sino-américaines avaient enregistré des progrès historiques par-delà les épreuves, et apporté de grands bénéfices aux deux peuples et une contribution importante à la paix, à la stabilité et à la prospérité dans le monde, et que la coopération était le meilleur choix pour les deux pays, comme l’avait démontré pleinement l’Histoire. De son côté, la partie américaine a aussi reconnu les énormes progrès des relations sino-américaines réalisés au fil des années.

Lire la suite de l’article signé par Yang Jiechi sur les relations sino-américaines : Respecter l’histoire, envisager l’avenir et préserver et stabiliser fermement les relations sino-américaine (11 pages), Xinhua.

Les amateurs de l’analyse sémiotique des images remarquerons l’expression des visages et la position de la poignée de main entre Donald Trump et Xi Jinping.
Xi Jinping, droit, calme et souriant, maintient à distance un Donald Trump crispé, au regard vague et au corps en déséquilibre.
Voir l’analyse d’une autre photo de la même rencontre au sommet du G20 à Osaka en 2019 dans Propagande médiatique contre la Chine et d’autres photos via Google.

14/09/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Chine en Question

Lire aussi :
Dossier Sémiotique (avec liens), Monde en Question.
Dossier Chine/Occident, Monde en Question.
Revue de presse Chine-Monde, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.

La Chine dans le théâtre français du XIXe siècle


 

De 1789 à 1905, la Chine fait partie des sujets exotiques les plus représentés dans le théâtre français. Cette Chine imaginaire est l’héritière du répertoire théâtral du XVIIIe siècle, époque marquée par le goût pour les chinoiseries. Elle fait aussi écho à l’actualité franco-chinoise du XIXe siècle, empreinte d’un nouveau colonialisme voire d’orientalisme.

En nous appuyant sur le répertoire du théâtre de thème chinois en France au XIXe siècle, que nous nous sommes attaché à reconstituer, nous analysons dans ce travail la production et la réception des images de la Chine sur la scène théâtrale à cette époque.

Le corpus des œuvres est divisé en trois catégories : les pièces de thème chinois, les œuvres traduites ou adaptées du chinois et les spectacles donnés par les Chinois. En ce qui concerne la périodisation historique, nous avons choisi de suivre celle des grands événements ayant marqué les relations entre la France et la Chine au XIXe siècle.

Les trois premiers chapitres se focalisent sur l’emploi des éléments chinois et orientaux tels qu’ils ont été mis en place au siècle précédent, ainsi que sur leur révision sous l’influence de la sinologie, discipline scientifique nouvelle. Quant aux trois derniers chapitres, ils se développent autour des deux guerres de l’Opium, de la guerre franco-chinoise du Vietnam, de la révolte des Boxers ainsi que la germination de la peur du péril jaune. Pour les dramaturges et les artistes de théâtre du XIXe siècle, cette « Chine » est un sujet à la fois familier et étranger, proche et éloigné, cliché et varié, épuisé et exploitable. Tous ces paradoxes concourent à créer dans le théâtre français une Chine kaléidoscopique.

LO Shih-Lung, La Chine dans le théâtre français du XIXe siècle, HAL, 2017.

Lire aussi :
Articles Péril jaune, Chine en Question.
Filmographie Colonisation Chine, Ciné Monde.
Dossier Chine/Occident, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.

Qinghai chongwen (1929)


Cycle Cinéma Chine 1905-1949

 

Titre : Qinghai chongwen
Réalisateur : XIE Yunqing
Acteurs : Yiting Chen, Zhu Dandan, Tianxiu Tang
Durée : 1h00
Année : 1929
Pays : Chine
Genre : Drame
Résumé : Film qui traite du drame engendré par le divorce dans une période de l’histoire où l’échec conjugal n’était pas accepté, et qui devait être assumé en silence, principalement par la femme.
Fiche : IMDb
Partage déniché par Chine en Question
Avis de Chine en Question : Ce remake de Don’t Change Your Husband (1919) prend partie contre l’amant dès la première scène [00’37]. La femme avait cet amant, dont la photo trône dans la salle à manger conjugale [03’41], avant de demander le divorce alors que son mari vient d’être licencié. Cette liaison est connue de sa mère qui l’approuve [15’38]. Elle ne se remarie pas et devra partager son amant, chez qui elle vit, avec d’autres femmes [30’00]. Mais, endetté, il s’enfuit en l’abandonnant. Son père aide alors le couple à se retrouver en demandant à la mère de son gendre de pardonner. Dans les deux cas, les mères jouent un rôle important, mais négatif.
Le jeu des reflets dans le miroir est intéressant [12’12].
Colonisation oblige, l’enseigne de l’avocat est rédigé en chinois et en anglais [19’16].
Un saltimbanque apparaît grimé en Charlot [43’13].
Avis de : Asiateca – XIE Caizhen 谢采真, Chinese Movies
Cinéma en France en 1929 :
• Projection de The Jazz Singer – Le chanteur de jazz (1927).
• Interdiction des films soviétiques Bronenosets Potyomkin – Le cuirassé Potemkine, Oktjabr – Octobre, Mat – La mère, etc.
• Jean Renoir réalise Le bled, une commande officielle pour célébrer le centenaire de la conquête de l’Algérie.

Lire aussi :
Dossier Cinéma Chine (avec liens), Monde en Question.
Dossier Cinéma Chine, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.

Musulmans en Chine versus en France


 

Pour publier un livre contre la Chine, il n’est pas nécessaire de savoir écrire et encore moins de penser, mais il suffit de copier-coller la propagande médiatique.

En 2008, la mode était de conspuer la Chine à propos de la région autonome du Tibet. Un certain Robert Ménard prit la tête d’une croisade, au nom de Reporters sans frontières, pour défendre la théocratie tibétaine. Sa mission terminée, il rejoignit sa famille naturelle : l’extrême droite de Béziers.

En 2020, la mode est de promouvoir les musulmans de la région autonome du Xinjiang. Les propagandistes avancent cette fois masqués par le biais des réseaux dits sociaux. Ils ne cessent de répéter que les musulmans seraient des opprimés en Chine alors qu’ils seraient des terroristes potentiels en France ! Charlie Hebdo, en quête de publicité, républie les caricatures racistes que le quotidien danois Jyllands-Posten publia le 30 septembre 2005.

Une aventurière, qui a reçu une bourse pour voyager à cheval au Tibet, a remercié ses généreux donateurs en écrivant le commentaire attendu :

Je l’écoute conter son histoire et dépeindre le sort des Ouïghours. Je songe à cette voix qu’il me faudra moi aussi transmettre, celle d’un peuple à l’agonie. Je me promets de l’écrire un jour, de le clamer haut et fort.
Clara ARNAUD, Sur les chemins de Chine, 2010 p.76 [Texte en ligne].

Ce livre est sponsorisé par la Fondation Zellidja.
Les bourses sont financées par des subventions publiques (Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, ministère de l’Éducation nationale), par le mécénat privé (Fondation La Poste, Fondation Orange, Caisses d’Épargne, Saint-Gobain, entre autres)… et par la Fondation Zellidja.

07/09/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Chine en Question

Lire aussi :
Revue de presse Chine Xinjiang, Chine en Question.
Revue de presse Chine Tibet, Chine en Question.
Propagande Charlie Hebdo, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.

L’anthologie poétique en Chine et au Japon


 

Si nombre de cultures connaissent l’anthologie poétique, la Chine et le Japon nous semblent se distinguer par plusieurs traits. Tout d’abord, l’un comme l’autre comptent parmi leurs textes fondateurs une anthologie de poèmes, et, soulignons-le, de poèmes profanes pour l’essentiel : le Shijing [Canon des poèmes] pour la première, le Man.yō shū [Recueil des dix mille feuilles] pour le second. En outre, l’histoire de la poésie est, dans ces deux cultures, jalonnée par l’élaboration d’un certain nombre de recueils qui furent regardés non pas simplement comme des compilations d’intérêt historique, pratique ou pédagogique, des chrestomathies, mais comme des œuvres à part entière, la valeur et le prestige du tout étant sans commune mesure avec ceux des unités rassemblées.

Selon le mot de l’empereur de Chine Wendi (IIIe s.), ici rappelé par François Martin, « la littérature est la grande œuvre par laquelle on gouverne l’État ». On verra par quel processus le Canon des poèmes acquit en Chine un statut de « classique » politico-moral, et comment les recueils suivants furent, pendant des siècles, élaborés, reçus, discutés, jugés, en fonction de considérations du même ordre, la libération de la « littérature » se faisant progressivement.

Au Japon, l’anthologie poétique devint bientôt une affaire trop sérieuse pour être abandonnée aux seules fantaisies des poètes. La compilation du Recueil des dix mille feuilles (milieu du VIIIe siècle), première anthologie conservée de la poésie en japonais – on ignore les circonstances et les étapes complexes de son élaboration à partir de recueils préexistants -, relevait d’une initiative privée, comme, à la même époque, celle de la première anthologie de poèmes en chinois, le Kaifūsō (751), encore que le compilateur de cette dernière ne manque pas de rappeler le lien étroit qui unit bon gouvernement et floraison de la poésie. Mais, au siècle suivant, les empereurs Saga (r. 809- 823) et Junna (r. 823-833), actifs législateurs, jugèrent que commander des anthologies servirait leur prestige, illustrerait et commémorerait la splendeur de leur règne ; c’est dans ce but qu’ils firent procéder à la compilation de trois nouveaux recueils de poèmes en chinois (Ryōun shū, Bunka shūrei shū, Keikoku shū). À cette époque où ils s’appropriaient – non sans l’adapter – le modèle de gouvernement de leur puissant voisin, ils reprenaient à leur compte sa conception des Belles Lettres, comme le prouve à l’évidence le titre de la troisième anthologie : Keikoku shū ou « Anthologie pour gouverner le pays ». De leur part, la compilation d’un recueil de poèmes en chinois relevait d’une intention politique – politique intérieure aussi bien qu’extérieure. En retour, le florilège poétique se voyait investi d’une éminente portée symbolique.

L’anthologie poétique en Chine et au Japon, Extrême-Orient, Extrême-Occident.

Lire aussi :
Dossier Littérature Chine (avec liens), Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.