Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Chronique d’une mort annoncée


Ébranlé par le cours nouveau d’un bonapartisme à la chinoise du PCC, je cesse de publier mes chroniques sur la voie chinoise pour un temps indéterminé… Lire : Articles sur XI Jinping.
19/03/2018
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Publicités

La Chine antique 3 (2013)


 

Titre : La Chine antique – Le premier Empereur
Réalisateur : Serge Tignères, Caroline Vermalle Von Ruben
Durée : 0h50
Année : 2013
Pays : France
Genre : Documentaire
Résumé : En 221 avant J-C, l’unification de l’empire de Chine s’achève. Le roi Qin Shi Huang, qui hérita 15 ans plus tôt de l’un des royaumes qui divisaient alors la Chine en sept parties, a défait ses adversaires les uns après les autres et conquis toutes les autres provinces. Devenu influent, le roi de Qin, fondateur de la dynastie du même nom, prend alors le titre de Shi Huangdi, autrement dit «Premier souverain empereur». L’empire chinois est né ; il durera plus de 2000 ans, jusqu’en 1911. Empereur peu populaire, Qin Shi Huangdi réalisa, au-delà de l’unification territoriale, un travail inédit d’unification politique et sociale, sonnant le glas du système féodal.
Fiche : Le Figaro
Partage proposé par : YouTube Streaming FRTélécharger

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

La Chine antique 2 (2013)


 

Titre : La Chine antique – Grandeur et décadence des Shang
Réalisateur : Serge Tignères, Caroline Vermalle Von Ruben
Durée : 0h50
Année : 2013
Pays : France
Genre : Documentaire
Résumé : La Chine actuelle compte neuf langages différents mais une seule écriture. Toutes les tentatives pour instaurer une écriture phonétique ont échoué. De 1500 à 700 avant J-C, deux dynasties, les Shang et les Zhou, vont forger successivement l’identité culturelle de la nation chinoise, une identité bâtie par la guerre, le bronze et l’écriture. Retour sur cette aventure humaine étonnante, dont l’exemple a inspiré ses voisins et, d’une façon ou d’une autre, de près ou de loin, a durablement marqué l’histoire des hommes, de l’Asie à l’Occident, en passant par le Moyen-Orient. Experts et images d’archives exposent cette odyssée.
Fiche : Le Figaro
Partage proposé par : YouTube Streaming FRTélécharger

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

La Chine antique 1 (2013)


 

Titre : La Chine antique – La dynastie disparue
Réalisateur : Serge Tignères, Caroline Vermalle Von Ruben
Durée : 0h50
Année : 2013
Pays : France
Genre : Documentaire
Résumé : Les fouilles archéologiques du site d’Erlitou, dans la province du Henan, en Chine, ont prouvé l’existence d’une incroyable civilisation : non seulement les Xia ont résisté aux catastrophes en domestiquant la nature, mais ils ont également développé une culture dont l’influence va se faire sentir dans l’Ouest chinois jusqu’aux portes du Viêtnam. Avec la maîtrise du bronze, la sculpture du jade et la mise en place d’un système religieux et politique, les Xia s’imposent comme le chaînon manquant entre la préhistoire et l’histoire de la Chine. Lorsqu’ils disparaissent, après 400 années de suprématie, ils laissent en héritage le symbole de leur puissance : l’image du dragon.
Fiche : Le Figaro
Partage proposé par : YouTube Streaming FRTélécharger

Lire aussi :
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Dòng Máu Anh Hùng (2007)


 

Titre : Dòng Máu Anh Hùng – The Rebel
Réalisateur : NGUYEN Charlie
Acteurs : Johnny Nguyen, Dustin Nguyen, Stephane Gauger
Durée : 1h44
Année : 2007
Pays : Viêt Nam
Genre : Action
Résumé : Dans les années 1920, le Vietnam est une colonie française et des rebellions contre cette domination éclatent dans le pays. Pour lutter contre ces troubles, la puissance coloniale met en place des groupes d’autochtones. Lo Ven Cuong est chargé d’assassiner un leader de la résistance. Mais lorsqu’il rencontre la fille de celui-ci, une combattante farouche, experte en arts martiaux, ses sentiments comme ses idées vont changer…
Fiche : IMDb
Partage proposé par : Anonyme (film rare) DVD VOSTFR

Lire aussi :
Cinéma Viêt Nam, Ciné Monde.
Dossier Cinéma Viêt Nam, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Mùi du du xanh (1992)


 

Titre : Mùi du du xanh – L’odeur de la papaye verte
Réalisateur : TRAN Anh Hung
Acteurs : Yen-Khe Tran-Nu, Man San Lu, Truong Thi Loc
Durée : 1h40
Année : 1992
Pays : Viêt Nam
Genre : Comédie
Résumé : L’histoire de Mui, une petite paysanne qui travaille comme servante dans une famille de la ville, évoque la vie d’une femme vietnamienne traditionnelle.
Fiche : IMDb
Partage proposé par : Anonyme (film rare) DVD VOSTFR

Lire aussi :
Cinéma Viêt Nam, Ciné Monde.
Dossier Cinéma Viêt Nam, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Gánh xiec rong (1988)


 

Titre : Gánh xiec rong – Troupe de cirque ambulant
Réalisateur : VIET Linh
Acteurs : Thé Anh, Son Bac, Khuong Be
Durée : 1h16
Année : 1988
Pays : Viêt Nam
Genre : Drame
Résumé : Une troupe de cirque itinérant débarque dans un village de montagne. Les artistes apportent la magie et l’illusion du spectacle et profitent de la crédulité des villageois pour semer le trouble et la confusion dans leurs esprits.
Fiche : IMDb
Partage proposé par : Anonyme (film rare) DVD VOSTFR-EN

Lire aussi :
Cinéma Viêt Nam, Ciné Monde.
Dossier Cinéma Viêt Nam, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Bonne année 2019 !



Je vous souhaite tout ce que vous souhaitiez qu’on vous souhaite… mais en mieux !

Bonnes fêtes 2018 !



Chine en Question est en vacances 23 décembre 2018 – 01 janvier 2019

Le monde selon Xi Jinping (2018)


 

Titre : Le monde selon Xi Jinping
Réalisateur : Sophie Lepault, Romain Franklin
Durée : 1h14
Année : 2018
Pays : France
Genre : Documentaire
Résumé : Depuis 2012, le désormais « président à vie » Xi Jinping a concentré tous les pouvoirs sur sa personne, avec l’obsession de faire de la Chine la superpuissance du XXIe siècle.
Fiche : Arte
Partage proposé par : 9docu HD 720 FR

Avis de Chine en Question : Le discours de Sigmar Gabriel, ministre des Affaires étrangères et vice-chancelier de l’Allemagne, à la Conférence de Munich sur la sécurité résume la problématique de l’Occident face à la Chine :

Il est clair que dans la perspective de la Chine, l’Afrique est le continent des opportunités, tandis que nous voyons l’Afrique encore bien trop souvent comme un continent à problèmes. Aujourd’hui, la Chine semble être le seule pays du monde qui défend une véritable stratégique géopolitique et qui l’applique concrètement. Je suis contre le fait de critiquer cette stratégie. C’est le bon droit de la Chine, mais ce qu’il faut critiquer, c’est que nous, l’Occident, ne disposons d’aucune stratégie pour trouver un nouvel équilibre des intérêts mondiaux. [44’58].

Parmi tous les propos de propagande anti-chinoise, le comble est le soutien ouvertement apporté aux djihadistes ouïghours [1h03].

Lire aussi :
René NABA, Le Parti islamiste du Turkestan contre la Chine et les bouddhistes, Chine en Question.
Articles sur XI Jinping, Chine en Question.
Cinémathèque, Ciné Monde.
Dossier Cinéma France, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Le Parti islamiste du Turkestan contre la Chine et les bouddhistes


 

La Syrie, un réceptacle au terrorisme mondial

La fermentation djihadiste ouïghour en Syrie, et dans pays de la lointaine périphérie de la Chine ont conduit Pékin, en mars 2018, a déployé discrètement des troupes en Syrie au motif officiel d’encadrer des détachements de l’armée syrienne et de leur fournir un soutien logistique et médical.
Pékin a justifié cette attitude de pro activité par sa connexion idéologique avec le pouvoir baasiste en raison de sa nature laïque, ainsi que par la présence dans le nord de la Syrie d’un important contingent de combattants ouïghours.

Ce faisant, la Chine vise à faire pièce aux djihadistes ouïghours, dont elle veut neutraliser leur éventuel retour en Chine, alors que se confirment les liens entre les séparatistes islamistes des Philippines et au Mayanmar et les groupes islamistes opérant en Syrie, comme en témoignent l’arrestation d’agents de l’Etat Islamique (Daech) en Malaisie en mars 2018, à Singapour en juin 2018.

L’entrée en scène progressive de la Chine sur le théâtre syrien, où elle a déjà obtenu des facilités navales dans le périmètre de la base navale russe de Tartous est de consolider son positionnement d’un des trois grands investisseurs du financement de la reconstruction de la Syrie, au même titre que la Russie et l’Iran.

En complément à Tartous, la Chine a aménagé sa première base navale à l’étranger à Djibouti, en 2017. Jouxtant le port de Doraleh et la zone franche de Djibouti –tous deux construits par la Chine– cette base ne devrait abriter dans un premier temps « que » 400 hommes. Mais, selon plusieurs sources, ce sont près de 10 000 hommes qui pourraient s’y installer d’ici à 2026, date à laquelle les militaires chinois auront transformé cette enclave en avant-poste militaire de la Chine en Afrique.

Dans le prolongement de l’inauguration de la base navale chinoise de Djibouti, un porte conteneur géant a déchargé, le 17 Août au port de Tripoli (Nord Liban) du matériel destiné aux projets de reconstruction de la Syrie.

D’une longueur de 300 mètres, pour une largeur de 40 mètres, le porte conteneur « Nerval », appartenant à la compagnie française CGM-CMA, a déchargé mille conteneurs de matériels en provenance de Chine et d’Indonésie, pour y être acheminé par la routé vers la Syrie.

En superposition, la Chine a participé aux manœuvres navales russes au large de la Méditerranée, début septembre, les plus importantes manœuvres de la flotte russe de l’histoire navale mondiale. Elle a dépêche des troupes vers la Syrie, pour la première fois de son histoire, en mars 2018, pour convoyer les forces gouvernementales syriennes lors de la prise d’Idbib, notamment décrypter les communications entre les djihadistes ouïghours en vue de les neutraliser.

Au regard de la Chine, la Syrie sert de réceptacle au terrorisme mondial, y compris pour l’intérieur chinois. Soucieuse de soulager la trésorerie russe et de soutenir l’effort de guerre syrien, la Chine a octroyé une aide militaire de 7 milliards de dollars à la Syrie dont les forces combattent dans la bataille d’Alep, les djihadistes Ouïghours, (des musulmans turcophones du Nord Ouest de la Chine), où près de 5.000 familles, soit près de quinze mille personnes, sont implantés à Alep Est.

La problématique ouïghoure

L’instrumentalisation des Ouïghours par les Américains répond à leur souci de disposer d’un levier de pression contre Pékin, en ce que « la Chine et les États-Unis sont engagés, à long terme, sur une trajectoire de collision.

Les précédents historiques montrent qu’une puissance ascendante et une puissante déclinante sont vouées le plus souvent à l’affrontement », soutient l’ancien premier ministre français Dominique de Villepin, particulièrement à une époque où la scène diplomatique internationale est en pleine phase de transition vers un monde post occidental. L’objectif sous-jacent est de contrarier la mise en œuvre de la « 2ème route de la soie ».

Musulmans turcophones, les ouïghours djihadistes sont originaires de la province de Xingjiang, à l’extrême-ouest de la Chine, frontalière de huit pays (Mongolie, Russie, Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Afghanistan, Tadjikistan, Pakistan et Inde). Bon nombre d’Ouïghours ont combattu en Syrie sous la bannière du Mouvement islamique du Turkestan oriental (Sharqi Turkestan) alias Xinjiang, une organisation séparatiste de lutte armée dont l’objectif est l’établissement d’un « État Ouïghour Islamique » au Xinjiang.

Les combattants ouïghours ont reçu l’aide des services de renseignements turcs pour leur transfert vers la Syrie, via la Turquie. Ce fait a généré une tension entre les services de renseignements turcs et chinois en ce que la Chine s’inquiète du rôle des Turcs dans le soutien aux combattants ouïghours en Syrie, rôle qui pourrait augurer d’ un soutien turc aux combats au Xinjiang.

La communauté ouïghoure en Turquie compte 20.000 membres, dont certains travaillent pour l’Association de Solidarité et d’Education du Turkestan Oriental, qui fournit une aide humanitaire aux Syriens et qui est pointée du doigt par la Chine. Une vidéo du PIT de janvier 2017 affirme que sa brigade syrienne a combattu avec le front al-Nosra, en 2013, dans les provinces de Raqqa, Hassakeh et Alep.
En juin 2014, le groupe djihadiste a officialisé sa présence en Syrie : Sa brigade sur place, dirigée par Abou Ridha al-Turkestani, un locuteur arabophone, probablement un Syrien, a revendiqué une attaque suicide à Urumqi en mai 2014 et une attaque au VBIED sur la place Tiananmen en octobre 2013.

Le groupe a prêté allégeance au Mollah Omar des Talibans. Vingt deux ouïghours ont été détenus à Guantanamo, puis relâchés faute de preuves. Suivant l’exemple de l’Emirat islamique du Caucase, dont la branche syrienne opérait dans le cadre de Jaysh Muhajirin Wal-Ansar, le PIT a crée sa propre branche en Syrie qui opère de concert avec Jabhat An Nosra entre les provinces d’Idlib et de Lattaquié.

Lire l’intégralité de l’article : René NABA, Madaniya.

Lire aussi :
René NABA, En point de mireMadaniyaRT.
Dossier documentaire Xinjiang, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.