Chine en Question

Blog dédié au Monde asiatique

Actualités

Nihon eiga no hyaku nen (1994)


 

Titre : Nihon eiga no hyaku nen – Cent ans de cinéma japonais
Réalisateur : OSHIMA Nagisa
Durée : 0h52
Année : 1994
Pays : Japon
Genre : Documentaire
Résumé : Un panorama de l’histoire du cinéma japonais marqué par l’empreinte de nombreux cinéastes majeurs (Ozu, Yamamoto, Kinoshita ou encore Fukasaku) et accompagné de nombreux extraits.
Fiche : IMDb
Partage déniché par Chine en Question
Avis de Chine en Question : OSHIMA Nagisa réalise une histoire égocentrique du cinéma japonais à partir de ses propres films !
Avis de : Sens Critique

Lire aussi :
Cinéma Japon, Ciné Monde.
Dossier Cinéma Japon, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Propagande médiatique contre la Chine (4)


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.

 

Le gouvernement américain tente de sauver les meubles d’un pays à la dérive en accusant la Chine d’être à l’origine de covid-19, ce qui ravie tout le monde y compris les adversaires de Donald Trump, et il relance les provocations guerrières en soutenant les mouvements indépendantistes à Hong Kong, à Taïwan, au Xinjiang et au Tibet.

Revue de presse :
• 26/05/2020, Le glas a sonné pour les ingérences extérieures à Hong Kong, Xinhua
Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a détourné sans scrupules la loi proposée en la qualifiant de « glas » pour le haut degré d’autonomie de Hong Kong.
Le « glas » a sonné, mais uniquement pour l’ingérence étrangère dans les affaires de Hong Kong ainsi que pour l’hypocrisie et les doubles standards de Washington.

• 27/05/2020, La loi de sécurité nationale pour Hong Kong : une mesure attendue depuis longtemps, China DailyRéseau International
Personne ne doute plus que l’Occident ne s’intéresse pas aux « droits ». Il viole les droits des personnes et des nations sans défense, partout dans le monde. Tant les amis que les ennemis de la Chine peuvent clairement voir que le barrage d’insultes contre Pékin, provenant des gouvernements et des médias basés en Amérique du Nord et en Europe, n’est rien d’autre qu’une constellation d’actes hostiles, destinés à briser la Chine, une fois de plus..

• 29/05/2020, Li Zhanshu souligne l’opposition résolue à « l’indépendance de Taiwan », Xinhua
« Le fait historique et juridique que Taiwan fait partie intégrante de la Chine ne pourra jamais être changé, quelle que soit la manière dont les séparatistes et les forces étrangères complotent et dont ils s’affichent », a confirmé M. Li, ajoutant que « l’indépendance de Taiwan » est un chemin qui ne mène nulle part ».

• 29/05/2020, L’Aigle et le Dragon, FacebookRéseau International
La propagande anti-Pékin déchaînée aux États-Unis a conduit le chef de la diplomatie chinoise à dénoncer « certaines forces politiques américaines qui prennent en otage les relations entre la Chine et les États-Unis et poussent nos deux pays au bord d’une nouvelle Guerre Froide ». Une saillie inhabituelle qui intervient peu de temps après la déclaration de Donald Trump dans laquelle il accusait le gouvernement chinois d’avoir commis une « tuerie de masse » en laissant se propager le Covid-19. La critique mutuelle entre Pékin et Washington n’est pas une nouveauté, mais l’innovation sémantique dont témoigne la riposte chinoise n’est pas anodine. Franchissant un nouveau cap symbolique, cet échange verbal se situe en effet à la rencontre de deux tendances contradictoires.

30/05/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Dossier Propagande, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Revue de presse Chine Hong Kong, Chine en Question.
Revue de presse Chine Taïwan, Chine en Question.
Revue de presse Chine Tibet, Chine en Question.
Revue de presse Chine Xinjiang, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Vie et prodiges du grand amiral ZHENG He


 

Au XVe siècle, sous les Ming, le Grand Amiral Zheng He à la tête d’une immense flotte, visite les côtes, les îles et les ports de ce que les Chinois appellent « les océans occidentaux » : au cours de sept voyages, il va jusqu’à l’Arabie et à l’Afrique orientale, probablement jusqu’à Madagascar.

Ce récit romancé évoque, pour notre plus grand plaisir, non seulement la figure et les exploits quasiment inconnus en France d’un Christophe Colomb chinois [Zheng He n’a eu ni l’ambition de conquérir les terres ni d’assujettir les peuples des pays traversés] mais aussi une période où la Chine, pour son prestige et la prospérité de son commerce, apporte à des dizaines de pays les soies, les porcelaines, le savoir-faire et la richesse culturelle et spirituelle d’un Empire à son très haut niveau.

Pierre GAMARRA, Vie et prodiges du grand amiral Zheng He, Fayard, 2000 [Texte en ligne].

Lire aussi :
鄭和 ZHENG He, Chine en Question.
Dossier Histoire Chine, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Tōkyō-Ga (1985)


 

Titre : Tōkyō-Ga
Réalisateur : OZU Yasujirō
Acteurs : Wim Wenders
Durée : 1h32
Année : 1985
Pays : USA
Genre : Documentaire
Résumé : Le documentaire, tourné à Tokyo dans sa totalité, explore le monde du réalisateur japonais Yasujirō Ozu.
Fiche : IMDb
Partage déniché par Chine en Question
Avis de Chine en Question : Les films d’OZU racontent toujours les mêmes histoires, avec les mêmes gens et la même ville : Tokyo [00’56]. C’est précisément là le reproche que je lui fais. Il filme inlassablement la nostalgie du Japon des années 30.
Il s’agit plus d’un hommage à Wim Wenders réalisé par Wim Wenders qu’un hommage à OZU Yasujirō. Il copie une partie de Ikite wa mita keredo – Ozu Yasujirō den (1983) – J’ai vécu mais… Une biographie de Yasujirō Ozu [1h03].
Avis de : Sens Critique

Lire aussi :
Cinéma Japon, Ciné Monde.
Dossier Cinéma USA, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Propagande médiatique contre la Chine (3)


Suivre l’actualité, courir après le vent.
Penser l’actualité, marcher à contre-courant.

Donald Trump, élu par l’Amérique rurale peu touchée par l’épidémie [1], a twitté le 20 mai :

Some wacko in China just released a statement blaming everybody other than China for the Virus which has now killed hundreds of thousands of people. Please explain to this dope that it was the « incompetence of China », and nothing else, that did this mass Worldwide killing!
Source

Un cinglé en Chine vient de publier un communiqué accusant tout le monde à l’exception de la Chine pour le virus qui a tué des centaines de milliers de personnes. Merci d’expliquer à cet abruti que c’est l’incompétence de la Chine, et rien d’autre, qui a provoqué cette tuerie de masse mondiale.

Lire aussi la réponse d’Andrew Wortman. Il n’y a pas si longtemps ce type de réplique aurait valu à son auteur, en France, une peine de prison et une forte amende pour injure au Président de la République.

La photo que j’ai sélectionnée est intéressante d’un point de vue sémiotique car la position des corps et des mains est révélatrice.
Xi Jinping a une position droite et stable alors que Donald Trump vient au contact en se penchant vers son adversaire au point d’être déséquilibré (diagonale).
Xi Jinping maintient fermement Donald Trump à distance et bloque son élan en lui tendant la main de manière à l’immobiliser au niveau du nombril (dans son propre camp).

Voir aussi la photo de LIU He et Donald Trump, publiée par RTS (avec une grossière faute d’orthographe du nom du vice Premier ministre chinois).

23/05/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Lire : Sémiotique, Chine en QuestionCiné MondeMonde en QuestionMonde en Question (dossier).
Dossier Propagande, Monde en Question.
Revue de presse, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.


Notes et références


[1] Ironie de l’histoire, ce sont les États qui ont voté contre Donald Trump qui sont le plus touchés par le coronavirus. Néanmoins Donald Trump éructe pour que son électorat ne sombre pas dans la peur entretenue par les médias qui jouent le rôle d’opposants alors qu’ils sont dans le même camp.

Un monde dénaturé


 

En portant le regard sur des détails de son quotidien, Jung Young-moon interroge la complexité du réel, voit les choses par le petit bout de la lorgnette. Le tout avec humour. Délectant.

Dans ce roman, Jung Young-moon s’est inspiré de son voyage en Californie. Ne supportant plus de vivre en Corée du Sud, il décide de partir à San Francisco s’installer en ménage à trois avec son ex-petite amie coréenne et son nouveau compagnon mexicain. Partisan des soirées tequila et des réflexions les plus fantasques, il se retrouve confronté aux situations les plus insolites.

Un humour fin et délicat infuse l’écriture d’un narrateur toujours prêt à décortiquer les petits mystères du quotidien pour sortir d’un ennui profond. Au cours de ses déambulations, il nous indique la différence entre un hobo et un SDF, nous décrit le spectacle d’un nain dans la rue en pleine séance de tai-chi, nous renseigne sur les cent quarante façons de nommer un pénis en anglais ou encore, nous raconte le combat de deux lesbiennes en plein Hollywood… Des propos souvent délirants, toujours hilarants.

JUNG Young-moon, Un monde dénaturé, DeCrescenzo, 2017 [Texte en ligne].

22/05/2020
Serge LEFORT
Citoyen du Monde et rédacteur de Monde en Question

Lire aussi :
Revue de presse, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.

Un médicament chinois pourrait mettre fin à la pandémie


Des scientifiques de l’Université de Pékin (Beida) annoncent avoir mis au point un médicament qui pourrait non seulement accélérer la guérison des patients infectés par le COVID-19, mais également entraîner une immunité à court terme.

Selon Sunney Xie, directeur du Centre d’innovation avancée en génomique de Beida, ce traitement a déjà été testé avec succès sur des souris. Cinq jours après l’injection du médicament, la charge virale des animaux aurait été réduite d’un facteur 2400 ! Ce médicament pourrait donc être un remède particulièrement efficace contre le COVID-19.

Un remède à base d’anticorps neutralisants

Pour mettre au point ce traitement potentiel, Xie et son équipe, en collaboration avec des chercheurs de l’hôpital Youan de Pékin, ont isolé plusieurs anticorps neutralisants très puissants, à partir du sang prélevé sur une soixantaine de patients guéris de l’infection ; ces anticorps ont été produits naturellement par le système immunitaire de ces individus et empêchent le virus d’infecter les cellules. Leur expertise en génomique unicellulaire a permis aux scientifiques d’identifier rapidement les anticorps adéquats ; ils ont ainsi pu lancer une première phase de tests sur des animaux.

Au total, 14 anticorps ont été sélectionnés parmi les 8558 spécimens capables de se lier à l’antigène. Le plus puissant, dénommé BD-368-2, affichait une IC50 (une concentration inhibitrice médiane, qui exprime le pouvoir inhibiteur d’un composé) de 1,2 ng/mL et 15 ng/mL respectivement contre le SARS-CoV-2 pseudotypé (cela signifie que ses protéines d’enveloppe ont été modifiées) et le virus authentique. Cette mesure quantitative indique quelle quantité du médicament est nécessaire pour inhiber de moitié l’action du virus.


Test de l’efficacité thérapeutique et prophylactique des anticorps neutralisants sur des modèles de souris (A). Groupe thérapeutique (vert) ayant reçu une injection de BD-368-2 2h après l’infection ; groupe prophylactique (rouge) ayant reçu une injection de BD-368-2 un jour avant l’infection ; groupe témoin (bleu) ayant reçu une injection d’anticorps non pertinents 2h après l’infection. (B) Le taux de perte de poids des groupes thérapeutiques et prophylactiques était significativement inférieur à celui du groupe témoin. (C) Après 5 jours, la charge virale du groupe thérapeutique a diminué d’environ 2400 fois ; aucune charge virale n’a été détectée dans le groupe prophylactique.
Crédits : Université de Pékin

 

Les résultats, qui viennent de faire l’objet d’une publication dans la revue Cell, dépassent toutes les espérances : non seulement le traitement diminue considérablement la charge virale, réduisant ainsi le temps de récupération de l’organisme, mais il semble générer une immunité puisque les souris ayant reçu le traitement préventif, avant d’être mises en contact avec le virus, n’ont affiché aucune charge virale !

Xie a bon espoir que son médicament deviendra LE remède qui fera cesser la pandémie. Une bonne nouvelle, car bien que plus d’une centaine de laboratoires dans le monde se soient lancés dans la recherche d’un vaccin  – dont cinq sont déjà au stade des essais sur l’Homme, en Chine – la production effective d’un vaccin prendrait au minimum 12 à 18 mois.

Les experts soulignent qu’une autre piste prometteuse est la plasmathérapie ; en Chine, plus de 700 patients ont ainsi reçu des injections de plasma sanguin provenant d’individus guéris du COVID-19. Ce plasma, qui contient les anticorps fabriqués par l’organisme, a montré de très bons effets thérapeutiques selon les autorités sanitaires. Mais Xie explique que ce plasma est malheureusement une ressource limitée. En revanche, le médicament formulé par son équipe pourrait être plus rapidement produit en masse.

Un médicament qui pourrait remplacer le vaccin

Les chercheurs ont également démontré que les anticorps neutralisants du SARS-CoV-2 forment un complexe avec la protéine de pointe, qui empêche celle-ci de se lier au récepteur ACE2 des cellules humaines. Ainsi, il pourrait être possible de sélectionner les anticorps neutralisants efficaces directement, en se basant sur les modélisations du complexe que chacun est susceptible de former avec la protéine de surface du virus.

L’usage d’anticorps pour la mise au point de médicaments est une pratique relativement courante. La technique a notamment déjà été utilisée pour la fabrication de traitements contre le VIH, Ebola ou le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS). Xie et son équipe ont donc disposé d’une solide base de travail pour leurs recherches.

À l’instar du Remdesivir, ce nouveau médicament réduit largement le temps de récupération chez certains patients. Toutefois, dans le cas du Remdesivir, la baisse du taux de mortalité n’était pas significative. L’étude de Xie et ses collègues a en revanche révélé une immunité induite par leur médicament. Si la durée de la protection n’a pas été établie précisément, les chercheurs estiment que leur traitement pourrait offrir une protection temporaire au personnel médical pendant quelques semaines, voire plusieurs mois. Les étapes de validation d’un vaccin étant un processus particulièrement long et laborieux, ce médicament pourrait être un moyen plus rapide et efficace de stopper la propagation du SARS-CoV-2.

La planification des essais cliniques est en cours. Selon Xie, le médicament devrait être disponible avant la fin de l’année et à temps pour toute potentielle épidémie hivernale du virus, car n’oublions pas que c’est au mois de décembre que la maladie a commencé à se propager. Les essais sur l’Homme seront menés en Australie et dans d’autres pays où le nombre de cas s’avère encore suffisant (la Chine ne disposant plus de suffisamment de porteurs du virus pour mener à bien les tests…).

Sources : Cell (EN) et Trust My Science (FR)
Autres publications : SARS-CoV-2 (EN)

Lire aussi :
19/05/2020, Des chercheurs chinois identifient des anticorps neutralisants très puissants contre le Covid-19, Xinhua.
Revue de presse, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Dossier Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.

Ikite wa mita keredo – Ozu Yasujirō den (1983)


 

Titre : Ikite wa mita keredo – Ozu Yasujirō den – J’ai vécu mais… Une biographie de Yasujirō Ozu
Réalisateur : INOUE Kazuo
Durée : 2h03
Année : 1983
Pays : Japon
Genre : Documentaire
Résumé : Photographié par Yuuharu Atsuta, chef opérateur attitré d’Ozu, et réalisé par Kazuo Inoue, un documentaire exceptionnel sur les méthodes de travail du cinéaste, ponctué d’entretiens avec ses proches et principaux collaborateurs tels que Chishu Ryu, Mariko Okada et Haruko Sugimur.
Fiche : IMDb
Partage déniché par Chine en Question
Avis de Chine en Question : Ce documentaire hagiographique laisse quand même un petit espace pour la critique de YAMADA Yōji : Je pensais qu’il était trop conservateur [1h24].
Il s’agit d’un bon résumé de la carrière de OZU Yasujirō, mais qui fait l’impasse des derniers films qui, à partie de 1959, répètent les précédents.

Lire aussi :
Cinéma Japon, Ciné Monde.
Dossier Cinéma Japon, Monde en Question.
Index Cinéma (Tous les dossiers), Monde en Question.
Veille informationnelle Cinéma, Monde en Question.

Souviens-toi de ton avenir


 

Tout à la fois épopée initiatique et roman philosophique, cette œuvre ultime d’Anne Dufourmantelle, magistrale et prémonitoire, nous mène aux confins du temps et de la terre.

Deux quêtes s’y font écho, à des siècles de distance : quittant ses montagnes de l’Altaï, un roi mongol entreprend une expédition par-delà la Chine et l’océan Pacifique jusqu’aux rives de l’Équateur tandis que, de nos jours, un groupe de chercheurs, fasciné par son périple, tente d’en reconstituer le récit.

D’un bord à l’autre du monde, entre le XIVe et le XXIe siècle, ce roman nous fascine, nous captive, nous trouble profondément, tel un rêve chargé de vérité.

Anne DUFOURMANTELLE, Souviens-toi de ton avenir, Albin Michel, 2018 [Texte en ligne].

Lire aussi :
Revue de presse, Monde en Question.
Revue de presse Chine, Chine en Question.
Dossier Littérature Chine, Monde en Question.
Veille informationnelle Livres, Monde en Question.
Veille informationnelle 中國 Chine, Monde en Question.